Paris Match Belgique

Pourquoi les accessoires « anti-ondes » pour bébés de Petit Bateau font polémique

Une (fausse) bonne idée ? | © Petit Bateau

Mode

Une couverture et un bonnet « anti-ondes » de la marque française ont provoqué une vague de critiques sur les réseaux sociaux. 

Protéger bébé des (mauvaises) ondes grâce à un bonnet et une couverture spéciales. C’est l’idée derrière les nouveaux accessoires, compris entre 19,90 et 89 euros, de la marque française Petit Bateau, et lancés ce 26 juin. L’argument de vente ? Ils sont censés bloquer « 99,5% » des ondes générées par le wi-fi et les smartphones grâce à un « fil d’argent ».

Lire aussi > Kim Kardashian lance ses sous-vêtements « Kimono », et Twitter enrage

Loin de crier au génie, la toile pointe du doigt une campagne qui, selon elle, exploite la peur des parents pour les encourager à acheter.

Des données encore floues

Face au tollé, Petit Bateau n’a pas tardé à réagir sur son compte Twitter officiel. « Ces dix dernières années, avec le développement des téléphones portables, des ordinateurs, et autres appareils électroniques, des études montrent que l’exposition quotidienne aux ondes notamment durant la grossesse et la petite enfance pourrait avoir un impact sur le développement de l’enfant. De plus, de nombreuses études démontrent que les tissus des cerveaux des enfants sont plus absorbants que ceux des adultes du fait de leurs crânes plus fins, ils sont donc plus vulnérables. »

Lire aussi > Quand la Norvège s’attaque à la collection durable de H&M

Pour arriver à cette conclusion, la marque de prêt-à-porter se repose notamment sur un rapport de l’ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail). Mais comme le précise La Dépêche, ces effets restent encore méconnus. L’agence elle-même estime que les données actuelles « ne permettent pas de conclure à l’existence ou non d’un effet des radiofréquences chez l’enfant », que ce soit sur le comportement, les fonctions auditives ou le système immunitaire. Arnaque ou non, là aussi la situation est floue.

CIM Internet