Paris Match Belgique

La bourde de Versace, forcée de présenter ses excuses à la Chine

versace

Tout ça à cause d'un t-shirt. | © The Creative Exchange/Unsplash

Mode

Des t-shirts de la marque présentaient Hong Kong et Macao comme des territoires distincts, les Chinois ont réagi avec virulence. 

 

La maison Versace ne pensait certainement pas que l’un de ses nouveaux t-shirts provoquerait une vague de colère et de polémique sur le marché chinois. Pourtant, il s’agit d’un simple t-shirt blanc avec des écritures sur le dos. Plusieurs villes accompagnées de leur pays sont listées en deux colonnes. Le problème ? La place qui y est donnée à Hong Kong et Macao par rapport à la Chine. Alors qu’on peut y lire notamment « Roma – Italy », « London – UK » ou encore « Beijing – China », la source des ennuis réside dans le « Hong Kong – Hong Kong » ou encore le « Macau – Macao », soit le fait d’avoir mis Hong Kong et Macao sur le même pied que la Chine, l’état souverain.

Versace
Le t-shirt qui crée la polémique. ©Capture d’écran Twitter

Lire aussi > Comment Jennifer Lopez et son incroyable robe Versace ont donné naissance à Google Images

Les deux anciennes colonies sont ainsi répertoriées en tant que deux territoires distincts alors qu’ils se trouvent dans le giron chinois depuis 1997 et 1999. Et on ne rigole pas avec la souveraineté de la Chine sur ses territoires. Encore moins pour le moment, alors que des manifestations ont lieu depuis deux mois à Hong Kong contre un projet de loi visant à autoriser les extraditions vers la Chine. Depuis dix week-ends, des tas de manifestations ont eu lieu afin de réclamer davantage de démocratie et d’autonomie vis-à-vis de Pékin. Ce n’était pas le moment qu’une marque internationale vienne rajouter de l’huile sur le feu.

À travers le pays, de nombreux Chinois ont crié au scandale, alors que d’autres personnes soutiennent l’indépendance des deux territoires. « Ces vêtements doivent être complètement détruits. Ils ne peuvent pas être vendus où que ce soit dans le monde » exprimait un internaute sur Twitter. Même l’actrice et chanteuse chinoise Yang Mi a décidé de mettre un terme à son contrat en tant qu’ambassadrice de la marque en Chine, explique la BBC. Zhu Wei, un professeur à l’université de sciences politiques et de droit à Pékin a également indiqué au Global Times que le t-shirt était illégal et « blessait les sentiments nationaux chinois ».

La polémique est allée si loin que Versace a dû s’excuser officiellement. « La société s’excuse pour la conception de son produit et un rappel du t-shirt a été mis en place en juillet. La marque accepte la responsabilité et nous explorons des actions pour améliorer notre fonctionnement quotidien afin de devenir plus consciencieux et avisés », explique la marque sur son compte Twitter. « Je n’ai jamais voulu manquer de respect à la souveraineté de la Chine », a même ajouté Donatella Versace, la directrice de la création de la marque, ce dimanche.

Lire aussi > La grève plonge Hong Kong dans le chaos, les autorités fustigent les manifestants

D’autres marques ont aussi créé la polémique en Chine

Ce lundi, une polémique similaire a éclaté pour Givenchy et Coach dont des t-shirts stipulaient également que Hong Kong et Taïwan étaient des États indépendants. Elles aussi ont présenté leurs excuses. En 2018, c’est la marque Gap qui avait été victime des Chinois en vendant des t-shirts arborant une « carte incorrecte » de la Chine, d’après le Huffington Post.

CIM Internet