Paris Match Belgique

Le triomphe de Marine Serre : la jeune diplômée de La Cambre Mode[s] sacrée par LVMH

Vidéo Mode

Deux anciennes étudiantes de La Cambre, Marine Serre et Mariam Mazmishvilli, se sont largement démarquées lors du LVMH Prize. Sur le catwalk, vêtements extraordinaires du quotidien aux accents arabisants et volumes aussi destructurés que colorés.

 

Elle avait fait du croissant de lune son emblème, présent sur chaque pièce, ou presque. Le symbole de la naissance d’une nouvelle ère lui a porté chance, puisque c’est la sienne qui a débuté le week-end dernier, alors qu’elle se faisait couronner du prix LVMH.

C’est une Rihanna chapeautée qui a remis à Marine Serre le trophée, décerné par un jury composé des plus grands noms de la haute couture – Nicolas Ghesquière, Marc Jacobs et Karl Lagerfeld, pour ne citer qu’eux. Si ce dernier est heureux de voir une Française remporter la mise, il faut savoir que Marine Serre a fait ses classes à La Cambre Mode[s], la réputée école de stylisme bruxelloise.

 

Elle s’y était illustrée d’une grande distinction, marquant les esprits de ses professeurs avant de filer en douce à Paris, où elle travaille comme designer pour la marque Balenciaga. Elle était également passée par les Maisons Martin Margiela et Christian Dior, et s’était déjà essayée comme assistante chez Annemie Verbeke et Alexander McQueen – un pedigree qui laissait présager le meilleur pour la jeune femme née dans la bourgade de Brive-la-Gaillarde, en Corrèze.

Lire aussi > Beyrouth – La Cambre, route de la mode

©Étienne Tordoir

Terre à terre, le premier objectif de la jeune gagnante qui possède déjà sa propre marque est de se dégoter un studio digne de ce nom. La préoccupation est le reflet d’une personnalité simple et travailleuse, mais aussi d’un style qui l’amène à piocher dans « le quotidien contemporain » et la culture arabe. Hybride et conceptuel, son travail est réhaussé de matériaux traditionnels et d’une sacrée dose de savoir-faire. Le résultat est comfortable et futuriste, dénué de frontières et sans tabous.

Avant le prix LVMH, sa dernière collection – « Radical Call for Love » – avait déjà été sélectionnée au Festival de Hyères en janvier, avant d’être repéré par le prestigieux ANDAM Prize. Le dernier hommage à la carrière naissante de Marine Serre est accompagné d’une bourse de 300 000 euros et d’une année d’accompagnement par LVMH.

©Etienne Tordoir – Le travail de Mariam Mazmishvilli, photographié en 2016 lors du défilé de La Cambre aux Halles de Schaerbeek.

Son ancienne camarade de classe Mariam Mazmishvilli, également sortie en juin 2016 de La Cambre, a elle aussi été remarquée par LVMH, qui lui a accordé un prix et l’a invitée à rejoindre Louis Vuitton.

CIM Internet