Paris Match Belgique

Excellence belge : Fabienne Delvigne, la reine des chapeaux

fabienne delvigne

Pour le 35e anniversaire de sa maison, la modiste sort le grand jeu avec « Lightness », le chapeau phare de la nouvelle collection, et le plus grand qu’elle ait créé en trente-cinq ans d’existence. | © DR.

Mode

Voici trente-cinq ans que la modiste, dont la maison bénéficie du titre envié de «fournisseur breveté de la cour de Belgique», nous apporte du rêve et de l’élégance.

Il y a quelque chose d’éminemment chaleureux chez cette créatrice de haut vol qui, depuis 1987, consacre l’essentiel de sa vie à «l’art du subtil», qu’elle décline selon les quatre critères qui lui tiennent à cœur : élégance, féminité, audace et légèreté. «Au départ, quand je me suis lancée, c’était presque un coup de tête, car je m’étais engagée sur la voie du marketing. Mon entourage était plutôt dubitatif. En effet, à l’époque, le travail de modiste n’était pas bien vu dans certains milieux, même quand j’ai précisé que je voulais faire du haut de gamme. Mais je me suis accrochée. Et il faut croire que les gènes étaient plus forts, avec une grand-mère artiste et le fait d’avoir baigné dans un environnement familial propice à éveiller à la beauté. Je ressens beaucoup les choses, j’ai une sensibilité à fleur de peau.»

Depuis la fin des années 1980, cette créatrice de haut vol a obtenu la confiance de membres des familles royales de Belgique, des Pays-Bas, du Grand-Duché de Luxembourg et de Suède

Il faut reconnaître que son physique la prédisposait déjà aux affinités chapelières : «Avec mes grands yeux, un chapeau avait pour effet de me mettre en valeur. Mais c’est valable pour toutes les femmes: un chapeau rend plus belle quand il est bien choisi, c’est-à-dire quand il y a une harmonie entre la forme du visage, la silhouette et la personnalité.»

À l’entendre, sous un beau chapeau, tout le monde peut devenir princesse ou reine. Et Fabienne Delvigne sait de quoi elle parle puisque, depuis la fin des années 1980, elle a obtenu la confiance de membres des familles royales de Belgique, des Pays-Bas, du Grand-Duché de Luxembourg et de Suède. À croire que les cours d’Europe s’amourachent de son talent… La preuve, en 2013, lors de la prestation de serment du roi Philippe, son épouse Mathilde porte le chapeau «Envolée», en fibre d’abaca et soie poudrée. La garniture de celui-ci évoque deux ailes pour symboliser l’envol de la Belgique sous le règne de ce nouveau couple royal. Peu après sa nomination, le roi Philippe octroie à Fabienne Delvigne, comme son père en 2001, le titre de fournisseur de la cour de Belgique, pérennisant sa place auprès de la famille royale.

fabienne delvigne
DR.

Fabienne Delvigne collabore aussi avec différentes maisons de couture comme Giorgio Armani, Chanel, Dior ou Natan. Elle a également créé un chapeau pour le catalogue Van Cleef & Arpels. «Un beau chapeau met en valeur ce qu’on a à l’intérieur», précise la designer. «C’est pourquoi les miens sont légers comme des plumes, privilégiant la forme et les matières nobles.»

Mais quel est son processus de fabrication ? «Je crée tout à partir de ma tête», dit-elle, rappelant que le chapeau est un objet en trois dimensions qui se travaille sur les genoux, contrairement aux vêtements, en deux dimensions, qui se travaillent sur une table. Ici, pas de patron, pas de dessin : «Je sers de premier modèle avant que la cliente prenne la relève.» Et là, elle sort le mot magique : le «coiffant», l’art de mettre en valeur, qui, chez elle, s’il faut en croire les avis royaux, atteint l’excellence.

Deux catégories constituent les collections de Fabienne Delvigne, tous les chapeaux étant réalisés à la main dans ses ateliers de Bruxelles : la collection «Studio», capable d’affronter le soleil ou la pluie, pour un usage quotidien, et la collection «Couture» pour les mariages ou les grands événements. Comme la visite officielle au sultanat d’Oman et aux Émirats arabes unis de février dernier, au cours de laquelle la reine Mathilde a porté plusieurs de ses chapeaux.

Mais pour le 35e anniversaire de sa maison, Fabienne a sorti le grand jeu avec «Lightness», la création phare de la nouvelle collection, le plus grand couvre-chef que la maison ait créé en trente-cinq ans d’existence. «La matière qui le compose, un mélange de soie et de fibre de banane, a été spécialement conçue pour nous. D’une extrême finesse, elle est ornée de petits nœuds en matière plus brute, ce qui permet de renforcer les autres fibres. Sa couleur naturelle offre à l’imaginaire une idée d’envol, le déploiement des ailes d’une merveilleuse colombe blanche. Le bord a été roulotté délicatement et ensuite cousu à la main.»

À ses beaux chapeaux, Fabienne joint également de beaux gestes, comme ce projet pour les femmes ayant subi une chimio ou une maladie grave ayant entraîné une perte de cheveux. Une initiative qu’elle poursuit à travers son asbl Caring Hat Fund, avec la collaboration de Saint-Luc, Saint-Jean et le Chirec. «En temps normal, on porte un chapeau. Mais dans certaines circonstances, c’est le chapeau qui vous porte.»  

CIM Internet