Paris Match Belgique

Lors de l’élection de Miss Pérou 2018, les candidates en ont profité pour dénoncer les violences faites aux femmes dans leur pays

Vidéo Mode

Au lieu de parler de leurs mensurations, les candidates au concours de beauté Miss Pérou ont préféré donner les chiffres des violences dont sont victimes les femmes dans leur pays.

 

« Mon nom est Melina Machuca, je représente le département de Cajamarca et mes mensurations sont : plus de 80% des femmes de ma ville souffrent de la violence ». Toutes les candidates à l’élection de Miss Pérou 2018 ont donné des chiffres, mais pas ceux qui leur étaient demandés.

Lire aussi > Une Miss privée de couronne en Turquie pour un tweet sur le putsch

Lors du concours annuel retransmis en direct à la télévision, les 23 candidates devaient donner leurs mensurations, sauf qu’au lieu de donner tours de poitrine, de taille et de hanches, elles ont préféré donner d’autres chiffres, bien plus importants : ceux des femmes victimes de violences dans leur pays. Des discours engagés qui étaient alors bien loin de ceux des concours de beauté classiques.

« Mon nom est Camila Canicoba et je représente la région de Lima. Mes mensurations sont : 2 202 cas de féminicides durant les neuf dernières années dans mon pays » clame la première candidate péruviennes (à partir de 3min45). « Mon nom est Juana Acevedo, mes mensurations sont : plus de 70% des femmes dans notre pays sont victimes de harcèlement de rue » enchaîne la deuxième. « Mon nom est Luciana Fernández, je représente la ville de Huánuco, mes mensurations sont : 13 000 jeunes filles mineures sont victimes d’abus sexuels chaque année dans mon pays ». Et ainsi de suite.

miss perou 2018 election
© Facebook @MissPeruOficial

Romina Lozano, de la province de Callao, qui a remporté l’élection, a quant à elle dénoncé les « 3 114 cas de femmes victimes de trafics humains depuis 2014 ». Des chiffres alarmants, pas assez connus, et pourtant bien réels. Cristian Rivero, l’animateur de l’élection a déclaré : « Nous voulions transmettre un message fort ».

Un défilé engagé

Cette initiative a été lancée par Jessica Newton, Miss Pérou 1987 et organisatrice de cette édition. « Ceux qui ne dénoncent pas et ceux qui ne font rien pour que cela cesse se rendent complices », a-t-elle confié au site Buzzfeed. En ajoutant que les femmes étaient libres de s’habiller comme elles le souhaitaient sans devoir subir des agressions, et qu’elles devaient être traitées avec respect : « Les femmes peuvent sortir nues si elles le veulent. Nues. C’est une décision qui leur appartient. (…) Si je sors en maillot de bain, je suis tout aussi décente qu’une femme qui sort en robe de soirée ».

Lire aussi > En France, #Metoo descend dans les rues pour manifester contre le harcèlement

La chanteuse Leslie Shaw a ensuite interprété « Always Stronger » (à partir de la 36ème minute dans la vidéo ci-dessus), un titre écrit pour une campagne de lutte contre les violences conjuguales, où pendant ce temps, des photos de femmes victimes de violences défilaient. Lors de leur dernier passage, il était ensuite demandé aux candidates restantes quelles lois elles aimeraient changer pour combattre les féminicides (des meurtres de femmes en raison de leur condition féminine). Depuis 2015, dans toute l’Amérique latine, un mouvement appelé #NiUnaMenos (« Pas une de mois ») a attiré des milliers de femmes dans les rues pour protester contre les violences sexistes.

CIM Internet