Paris Match Belgique

Les créateurs scandinaves font souffler un vent de fraîcheur sur la mode

La marque Ganni fait partie de la nouvelle garde scandinave | © Ganni

Mode

Sur la planète mode, les frontières résistent à la mondialisation. Les capitales sont définies, les styles des créateurs sont classés par pays d’origine et l’épicentre du bon goût reste fermement établi à Paris. Mais depuis plusieurs saisons, un vent venu de Scandinavie bouscule l’ordre établi. 

Dans la cartographie de la mode, un uniforme précis est associé à chaque pays. L’élégance parisienne, la superbe italienne, l’excentricité anglaise et la modernité américaine comme autant de clichés déclinés avec délice à chaque Fashion Week. Le style scandinave ? Austère et utilitaire, à l’image d’une société vertueuse qui avait jusqu’ici surtout réussi à exporter ses valeurs du hygge au lagom, éloge de la modération. Froide et ennuyeuse, la mode venue du Nord ? Hier, peut-être, mais à l’heure actuelle, peu de tendances sont aussi brûlantes que celle d’arborer fièrement les créateurs scandinaves, uniforme obligé des branchés.

L’attrait de la Copenhaguoise

En parallèle aux marques bien établies telles que Filippa K ou Acne, une nouvelle garde bouscule les codes et redéfinit ce à quoi on peut s’attendre de la part des créateurs scandinaves. Des lignes épurées, oui, mais rehaussées de détails inattendus qui modernisent l’allure, tandis que les couleurs neutres se parent de notes vives comme pour mieux réchauffer la tenue. De quoi mettre la Scandinavie sur la carte et faire de la Fashion Week de Copenhague un hotspot incontournable. Et Business of Fashion de proclamer qu’après le design et le hygge, le prochain export danois à prendre la planète d’assaut sera la Copenhaguoise.

Lire aussi > Après la fourrure, au tour du cuir de passer de mode chez les couturiers

Au sortir du défilé Ganni à la Fashion Week de Copenhague – Le 21eme

Avec ses robes fleuries portées par-dessus des t-shirts à slogans, sa chevelure lâchée et sa passion pour les imprimés qu’elle mélange et parachève de chaussures plates, la Copenhaguoise transcende les époques et les tendances pour incarner à la perfection la sophistication 2.0. Plus hype que la Parisienne, moins apprêtée que la New-Yorkaise, la fille du Nord habille l’élégance à la cool en ne sacrifiant pas le confort. Parmi ses figures les plus représentatives, Frederikke Sofie, Maria Palm ou encore Pernille Teisbaek, ravissant fer de lance de ces Valkyries tendances dont le compte Instagram aux clichés léchés rassemble plus de 500 000 abonnés.

Pernille Teisbaek – Man Repeller

Allure androgyne

Les secrets de l’allure scandinave selon elle ? Ainsi qu’elle l’a confié au Telegraph, il s’agit d’un style « confortable, classique, et facile à porter. En Italie ou en Espagne, les femmes s’habillent de manière extrêmement féminine et colorée, mais les Scandinaves préfèrent un style plus androgyne ». Et de souligner qu’il y a « quelque chose d’irrésistible dans une tenue qui ne dévoile pas la poitrine ou le derrière. Cela laisse quelque chose à l’imagination ». Une imagination qui ne connaît pas de limites au sein de la nouvelle vague de créateurs scandinaves.

Wood Wood réinvente le streestyle scandinave – Wood Wood

Business tendance

Chez Wood Wood, le streetwear se fait luxueux avec des coupes ajustées et des matières précieuses, tandis que Saks Potts brise allègrement le cliché austère associé à la mode scandinave à l’aide de ses manteaux color-block qui illuminent l’hiver.

Le color-block, marque de fabrique de Saks Potts – Yowe

Sous l’égide de Ditte Reffstrup, le label venu de Copenhague Ganni propose quant à lui le vestiaire essentiel d’une amazone moderne et indépendante, des robes fleuries faussement sages aux t-shirts à imprimés en passant par les chaussures à la fois confortables et sexy. Une tendance irrésistible, qui fait souffler un vent de fraîcheur sur la planète mode et sur l’économie : au Danemark, l’industrie de la mode représente désormais la quatrième source d’export, avec un budget évalué en 2016 à 26 milliards de couronnes, soit près de 35 milliards d’euros.

CIM Internet