Paris Match Belgique

TAG Heuer : Motoracing au poignet

Carrossée pour séduire, la Carrera Heuer-01 est devenu LE chrono signature de la manufacture. | © TAG Heuer

Montres

Ça roule pour elles : la Carrera Heuer-01 et l’Autavia affichent, par essence, l’élégance autophile.

 

Montres et voitures ont toujours fait démarrer les hommes au quart de tour. Mécaniques obligent ! Conséquence : les marques horlogères sportives sont souvent roue à roue avec les beaux bolides. Certaines ne se satisfont pas d’un lien superficiel – logo sur le cadran ou détails en forme de jante – mais y trouvent le moteur authentique de leur inspiration. C’est le cas de TAG Heuer. La maison suisse a ainsi conçu son premier compteur de bord en 1933. Elle a entamé sa collaboration avec la compétition automobile dans les années 1920 et fut le premier sponsor horloger de la F1. Flair marketing ? Ce rapprochement était, somme toute, logique pour une entreprise basée sur un instrument destiné au timing serré des paddocks : le chronographe. Quitte à le rendre carré avant tous les autres, avec la Monaco immortalisée par Steve Mc Queen, dans le film Le Mans en  1967.

Lire aussi > Oris : Il est grand temps de s’intéresser à ses montres d’aviateur

On the road, Jack !

En 1963, Jack Heuer, l’arrière-petit-fils du fondateur, dessina lui-même le chronographe best-seller Carrera. Grand amateur des bolides et des circuits, il en eut l’idée pour répondre aux besoins spécifiques des pilotes professionnels. En l’occurrence, un grand cadran facile à lire, un boîtier étanche et résistant. Le nom fut vite trouvé : celui d’un rallye infernal à travers le Mexique, le ‘Carrera Panamerica’ remporté en 1953 par le mythique Fangio. Après moult virages, le garde-temps relancé à la fin des années 1990, s’est hissé en pole position des ventes. Aujourd’hui, sa légendaire carrosserie d’acier abrite l’un des rares chronographes 100% manufacture en dessous de 4 500 €. Non content de redéfinir les codes du rapport qualité-prix, le chrono Carrera Heuer-01 arbore un cadran squeletté en guise de marque de fabrique. Le fond saphir révèle sa belle mécanique à remontage automatique : embrayage par pignon oscillant, roue à colonne rouge et masse oscillante squelettées. Objet d’améliorations continues depuis plus de 5 ans, il décline maintenant son habillage sportif en 43 mm. Noir, bleu marine ou brun cognac.

Lire aussi > Un horloger, des collectionneurs au cœur de l’espace Patek Philippe

Retour dans la course

Les racines automobiles de TAG Heuer vrombissent dans une autre icône remise en piste en 2017 : l’Autavia. Egalement dessinée par Jack Heuer, elle a été l’alter ego des grands champions des décades 1960 et 70. Jo Siffert, Gilles Villeneuve, Graham Hill, Mario Andretti et notre Jacky Ickx national l’ont érigée en symbole de l’adrénaline et des émotions fortes.  Depuis, le mythique chronographe – rangé des voitures – faisait les délices des collectionneurs. Pour ses 55 ans, l’Autavia (contraction de AUTomobile et AVIAtion) a eu droit à un come-back sur les chapeaux de roue. La manufacture, l’année précédente, avait invité plus de 50 000 internautes à élire leur modèle d’époque préféré ! Passionnés et amateurs jouèrent le jeu : la gagnante fut l’Autovia ‘Rindt’ 1966, portée par le pilote autrichien Jochen Rindt.  On y retrouve les traits forts du  chrono de l’âge d’or des courses automobiles : lunette noire tournante crantée bidirectionnelle, compteurs azurés aérés et lisibilité exemplaire en noir et blanc. Bien plus qu’une réplique, son héritière en adapte le tempérament de feu aux exigences actuelles. Un diamètre agrandi à 42 mm et le nouveau calibre Maison automatique Heuer-02 pour remplacer l’ancien mouvement à remontage manuel…www.Tagheuer.com

Vive allure

Carrossée pour séduire, la Carrera Heuer-01 est devenu LE chrono signature de la manufacture. À présent, le garde-temps au cadran squelette parade en bleu, cognac ou noir.  43 mm acier, lunette tachymètre céramique, calibre Maison avec date, réserve de marche 50 heures, étanchéité 100 m.

© TAG Heuer

Championne du vintage

Depuis 2017, l’Autavia des vrombissantes Sixties/Seventies fusionne le meilleur des deux époques : héritage rétro respecté et fonctionnalités modernes. Acier 42 mm, affichages luminescents beige, guichet date, calibre Manufacture automatique avec autonomie 80 h, bracelet cuir vieilli ou acier ‘grains de riz’.

Autavia sur bracelet de cuir brun.
CIM Internet