Paris Match Belgique

Horlogerie : Le chic maritime au poignet avec Michel Herbelin

Les montres de plongée Trophy, automatiques, en acier 42 mm, avec un bracelet en cuir ou acier. Elles garantissent 38 heures de réserve de marche et sont étanches jusqu'à 300 m. | © DR

Montres

La maison française fête les 30 ans de sa montre amirale et la mise à l’eau de sa nouvelle montre de plongée.

Chez Michel Herbelin, en Franche-Comté, on a deux passions familiales : l’horlogerie traditionnelle et l’univers marin. En 1988, l’entreprise indépendante eut l’idée de les réunir dans la Newport. Pour naviguer sur les flots de l’élégance sportive, cette montre devait évidemment puiser son inspiration dans les bateaux. Alors, pourquoi pas les voiliers transatlantiques de la course de l’America’s Cup qui s’élançe de Newport, (Rhode Island) ? Et pourquoi ne pas reproduire leurs hublots en boîtiers ?

Lire aussi > Avec Piaget, David Goffin est toujours à l’heure

Trente ans plus tard, cette collection teintée d’esprit d’aventure demeure le numéro un des ventes de la maison. Elle reflète la volonté de l’équipage (fils et petits-enfants de Michel Herbelin) de maintenir une production de belle facture : mouvements exclusivement suisses et finitions haut de gamme à prix serrés. Comme les autres modèles, la Newport est dessinée, conçue, assemblée, réglée et contrôlée « in-house ». Hier n’étant pas aujourd’hui, son anniversaire se commémore en deux réinterprétations modernistes : un chronographe automatique (300 exemplaires) et une trois aiguilles automatique (500 exemplaires).

Par vent debout

Les puristes peuvent y repérer les codes historiques de la collection : attaches centrales, lunette large et imposante, roue marine sur la couronne, index en forme de coque de bateau. L’air de ressemblance s’arrête là, car tout le reste diffère. L’allure racée s’inspire, à présent, des bateaux furtifs. D’où le boîtier en acier PVD gris anthracite, la lunette assortie ponctuée de cinq vis évoquant les winchs de voiliers high-tech, le fond noir en carbone brossé, les aiguilles de nickel noir en partie luminescentes. Le bracelet en caoutchouc FKM ultrarésistant a été travaillé jusqu’à offrir un aspect lisse et brillant. Même en duo noir/bleu nuit, la lisibilité des deux collectors réussit à être optimale. Leurs éditions, bien que limitées, font entrer la gamme dans une nouvelle ère. Les fans de vintage chic raffoleront, eux, de la subtile distinction de la Newport Classique : grande date double guichet (un détail très horloger), fond bleu laqué et boîtier de forme coussin dont l’acier poli capte la lumière à chaque geste.

De gauche à droite : Newport Chronographe Automatique 43,5 mm, réserve de marche 42 h, Newport Automatique 41 mm, réserve de marche 42 h, Newport Classique 38 mm, quartz. Toutes étanches jusqu’à 100 m.

Une vraie plongeuse

Cela faisait dix ans que l’atelier d’horlogerie jurassien n’avait pas sorti de montre de plongée. La Trophy débarque pour satisfaire tous les critères professionnels : étanchéité 300 m, boîtier acier monobloc, lunette tournante unidirectionnelle, graduation 60 minutes avec triangle repère pour une lecture sécurisée des temps de plongée et de décompression, aiguilles et indicateurs surdimensionnés luminescents (02 896 93 90). Sa « mise à l’eau » a eu lieu lors d’une régate d’envergure parrainée depuis quatre ans par Michel Herbelin : la Porquerolles Classique. Une joute prestigieuse disputée en juin, dans la baie d’Hyères, par les plus beaux voiliers classiques de Méditerranée. La marque, dont le port d’attache n’est qu’à quelques verdoyants kilomètres de la Suisse, a décidément le pied marin !

Plus d’information sur www.michel-herbelin.com dès le mois de septembre.

CIM Internet