Omega : Les 25 ans d’une plongeuse qui a séduit James Bond

Omega : Les 25 ans d’une plongeuse qui a séduit James Bond

Ambassadeur de la nouvelle Seamaster Diver 300M, l’acteur « jamesbondisé » Daniel Craig n’hésite pas à mouiller son smoking. Il porte la version acier, cadran céramique PVD chrome, lunette céramique avec échelle émail blanc, bracelet caoutchouc intégré. | © Omega

Montres

L’anniversaire de la légendaire Seamaster Professional Diver lui permet de séduire à nouveau le célèbre agent 007. 

Hors écran, les nombreux passionnés d’horlogerie sportive attendaient aussi son grand retour. Pas besoin d’être un plongeur patenté – ni même Daniel Craig – pour se promener avec cette belle au poignet : elle a toujours été autant à l’aise sur la terre ferme que sous l’eau. En 2018, Omega lui rend donc hommage en boostant ses charmes amphibies, au rythme soutenu de quatorze nouveaux modèles, dont six en acier inoxydable et huit en or SednaTM et acier. Plus une édition limitée de 2 500 exemplaires en tantale, métal high-tech bleu-gris.

Coup de jeune

Côté design, la collection ne boit certainement pas la tasse. Chaque détail de l’icône subaquatique a, en effet, été subtilement repensé. Les connaisseurs apprécieront. L’emblématique lunette de plongée bénéficie d’un coup de jeune : celle qui a permis à tant de sportifs et d’aventuriers de calculer leur temps de plongée refait surface en céramique et avec une échelle en émail blanc ou CeragoldTM. Le cadran, lui aussi en céramique, réintègre le motif de vagues des premières Seamaster Diver. Mais à présent, il est gravé au laser ! Index luminescents désormais en relief, larges aiguilles squelettées redessinées, guichet-date déplacé à 6 heures pour une meilleure symétrie… et une différence de taille : un diamètre agrandi à 42 mm.

Lire aussi > Omega, le timing sportif

L’alliée de 007 ne fait pas de cinéma

Action ! Révélée grâce à « Goldeneye » en 1993, la montre a parfaitement joué son rôle à chaque nouveau « James Bond ». Depuis « Casino Royale » en 2006, Daniel Craig fait équipe avec la plongeuse tous risques, et le fera encore en prêtant ses traits à 007 pour la cinquième fois. Histoire de prouver que sa partenaire horlogère passe avec aisance d’une cascade infernale à une soirée smoking. Loin des plateaux de cinéma, cette Seamaster des profondeurs avait déjà prouvé sa résistance aux conditions extrêmes auprès des navigateurs et explorateurs. En 1995, elle a accompagné le célèbre vainqueur de l’America’s Cup, Sir Peter Blake. Sept ans plus tard, elle était à bord de son bateau de recherches sous-marines baptisé… le « Seamaster » ! Parce qu’elle n’est pas une frimeuse, mais une « vraie » plongeuse, certifiée professionnelle. D’où la valve à hélium indispensable aux immersions profondes, l’ultralisibilité, la facilité de manipulation sous l’eau et, bien sûr, le boîtier blindé résistant à des pressions de 30 bars.

Immersion dans l’élégance black tie : boîte acier et or SednaTM, cadran et lunette en céramique noire avec échelle CeragoldTM, bracelet intégré caoutchouc noir. Côté face, leurs cadrans récupèrent les célèbres « vagues » du modèle original, gravées au laser sur la céramique bleue, chrome ou noire. Côté pile, leurs boîtes d’acier 42 mm dévoilent le mouvement automatique de la collection : le calibre 8800, certifié Master Chronometer. Réserve de marche de 55 heures. www.omegawatches.com/fr

Les « plus » techniques de la collection 25e anniversaire ? La nouvelle forme conique de la valve maintient l’étanchéité en cas d’ouverture accidentelle, et chaque modèle fonctionne grâce au calibre 8800 automatique certifié « Master Chronometer » par Metas (l’institut fédéral suisse de métrologie). Cette certification, initiée par Omega en 2015, implique plus de précision, de performance et de protection contre le magnétisme ambiant, jusqu’à 15 000 gauss. Alors, messieurs, parés à plonger ? Ne serait-ce que le regard dans les abysses mécaniques de la montre, visibles via le fond transparent en saphir…

CIM Internet