Paris Match Belgique

Horlogerie : Patek Philippe, l’exception mécanique

Evénement ultraféminin : l’arrivée de la Twenty-4 Automatique.

Montres

Ses garde-temps ont toujours fait progresser le grand art horloger, avec style et discrétion.

On ne peut pas vraiment compter sur eux pour donner l’heure du bling-bling. Tant mieux ! Leur allure discrète et millimétrée s’avère au service d’une créativité sans égale dans le domaine technique.

La Henry Graves, montre de tous les records

Tout a commencé en 1839, avec le premier dispositif moderne de remontage et mise à l’heure par la couronne. Jusque-là, les montres se remontaient avec une clé, à l’instar des premières automobiles, dont il fallait démarrer le moteur à la manivelle ! Cette invention fondamentale – nous en profitons tous aujourd’hui – scella l’association entre les fondateurs de la maison horlogère genevoise, Jean Adrien Philippe et Antoine Norbert de Patek. Depuis, Patek Philippe n’a jamais cessé d’améliorer l’horlogerie mécanique en termes de fiabilité et de précision. Et cela, sans se priver du plaisir subtil des « grandes complications », qui désignent les fonctions les plus savantes en dehors de la simple indication de l’heure: quantième ou calendrier perpétuel (1889), chronographe à rattrapante (1902), grande et petite sonnerie jouant la mélodie de Westminster avec répétition minutes (1910).

Lire aussi > Un collectionneur, des horlogers au coeur de l’espace Philippe Patek

Après sa reprise par la famille Stern en 1932, Patek Philippe continua à faire la course en tête avec, encore et toujours, des innovations de haut vol pour ses propres mouvements. On lui reconnaît d’avoir créé, au passage, certains des plus grands chefs-d’œuvre horlogers du XXe siècle. Un exemple ? Livrée à son propriétaire en 1933, la montre Henry Graves fut longtemps la plus compliquée du monde. Elle reste en tous cas la plus chère, adjugée pour 19  millions d’euros lors de sa dernière mise aux enchères en 2014 !

Qui possède une Patek Philippe ?

D’abord, les connaisseurs, esthètes et collectionneurs disposant de moyens proportionnels aux prouesses de la haute horlogerie. Des célébrités ? La manufacture suisse a pour principe de ne pas communiquer le nom de ses clients. Les photos publiées dans la presse et les mentions des catalogues de ventes aux enchères nous en donnent néanmoins une idée. On a vu Brad Pitt avec une élégante Nautilus au poignet (modèle culte de forme hublot, lancé en 1976) et Charlie Sheen avec une rare « phase de lune » de 1959. Eric Clapton a été le propriétaire d’une Patek Philippe en platine, vendue 2,2 millions d’euros chez Christie’s. Les Beatles ont presque tous eu la leur : John Lennon s’était fait offrir un chronographe pour son quarantième anniversaire et, plus récemment, Paul McCartney et Ringo Starr ont acquis la même Aquanaut d’acier, dont le style sport chic atypique est apparu en 1997. Les puissants de ce monde possèdent eux aussi leur Patek Philippe, comme le président russe Vladimir Poutine.

40 mm d’or gris, cadran soleillé bleu-noir, calibre automatique manufacture : l’excellence Patek Philippe s’illustre avec dynamisme dans le garde-temps 5205G-013. Un quantième annuel (jour, date, mois) s’y étoffe d’une « phases de lune » qui déviera 
à peine en 122 ans ! Evénement ultraféminin : l’arrivée de la Twenty-4 Automatique. Son séduisant boîtier d’or rose ou d’acier orné de diamants abrite une grande innovation lancée en 2017. Son nom : le spiral Spiromax. Son rôle : assurer une régularité de marche de -1/+ 2 secondes par jour. www.patek.com

Depuis 2017, la Belgique peut s’enorgueillir d’un privilège : un espace intégralement dédié aux collections Patek Philippe au sein de la maison De Greef à Bruxelles. « C’est le résultat de trente-huit années d’intime collaboration, de nos parcours parallèles et d’une charte de valeurs communes, où l’intégrité et l’exigence occupent les premières places », explique Jacques Wittmann, qui dirige ce département horloger très haut de gamme. « Patek Philippe demeure notre manufacture “de cœur”, car nous avons la même mentalité. » Faut-il ajouter la même pérennité ? La maison bruxelloise fête ses 150 ans en 2018, et Patek Philippe ses 179 ans !

L’écrin belge : Sobre et raffiné, lové dans une ancienne maison du XVIe siècle, l’écrin belge des montres Patek Philippe : De Greef, 24 rue au Beurre, 1000 Bruxelles — 02 511 95 98.
CIM Internet