Horlogerie : Montblanc ou l’élégance vintage

La « cool attitude », c’est un costume porté avec décontraction et une montre à l’heure vintage chic. Heritage Monopusher Chronograph : cadran bombé blanc argenté, boîte acier 42 mm, gravure Minerva Manufacture au dos, fonction chrono monopoussoir à remontage automatique. | © DR

Montres

Montres d’antan et technologies d’aujourd’hui : 
symbiose 100 % réussie pour les hommes sophistiqués.

À voir la nouvelle collection Heritage Montblanc, on se dit que l’esthétique vintage a encore de bien belles heures devant elle. Chaque modèle, du plus abordable (dès 2 150 euros) aux garde-temps en série limitée, s’inspire des montres classiques Minerva des années 1940 et 1950. Minerva est la manufacture traditionnelle suisse acquise en 2007 par la marque dans le but d’offrir en horlogerie le haut niveau de qualité et de prestige de ses instruments d’écriture. Fondée à Villeret en 1858, elle abrite une incroyable mine d’archives, à la fois source de connaissances horlogères et inspiration permanente pour les équipes créatives et techniques.

Lire aussi > Quand l’horlogerie se met au volant

Voilà qui explique les codes design très « old timer » de la gamme Heritage 2019 : glaces et cadrans bombés, échelle des index en points, boîtiers entièrement polis agrémentés de cornes (attaches) incurvées à facettes, formats de 39 à 42 mm. On y redécouvre l’audace des couleurs typiques des années 1940-50 : du rose saumon, du caramel fumé. Montblanc compte ainsi séduire les hommes qui donnent le ton à l’élégance masculine d’aujourd’hui : raffinée, mais dans un style sympa et décontracté. Gageons que ces adeptes des coupes sur mesure et des tissus luxueux apprécieront la beauté des bracelets « sfumato » de l’atelier de cuir de la maison, basé à Florence.

Un éventail de mouvements

Avec six modèles mécaniques, dont – modernité technique oblige – chaque calibre a subi avec succès les 500 heures d’épreuves du Montblanc Laboratory Test 500, les Heritage Automatic en acier ou or rouge 18 ct – cadrans blanc argenté, saumon ou caramel fumé – sont d’élégantes complices du quotidien. Les versions automatiques Day Date et GMT 24 heures également. En cœur de gamme (4 700 euros), la marque réussit à présenter un chronographe rare et très fonctionnel : les mesures des temps courts s’y gèrent via un seul poussoir. On enclenche, on arrête, on redémarre d’un doigt, clin d’œil aux chronographes monopoussoirs dont Minerva s’était fait une spécialité. L’indication des 3, 6 et 9 minutes dans un compteur est encore une touche vintage. Elle évoque l’époque des cabines téléphoniques à pièces, où il valait mieux surveiller la durée des appels.

De g. à dr. : Plutôt tentante, l’heure d’antan nappée d’un cadran caramel fumé. Heritage Automatic, 40 mm, version or rouge 18 ct, réserve de marche de 42 heures. Allure soigné avec ce que les collectionneurs nomment une « montre de médecin ». Heritage Pulsograph, acier 40 mm, cadran bombé rose saumon, calibre Montblanc manufacture, remontage manuel, 100 exemplaires.

Deux éditions limitées s’offrent aux collectionneurs. La première est un garde-temps à remontage manuel inspiré des « montres de médecin », utilisées autrefois pour prendre le pouls des patients. L’Heritage Pulsograph reproduit leur échelle pulsométrique sur un cadran bombé rose saumon. Plus élégant que médical, heureusement. Le second collector dispose d’un tout nouveau calibre indiquant le jour, la date, le mois, la phase de lune et l’année bissextile ou non. Bref, c’est un quantième perpétuel. Montblanc a passé trois années à améliorer le confort de cette complication. La plupart des calendriers perpétuels utilisent des leviers. Afin que l’utilisateur puisse régler sa montre dans les deux sens via la couronne, les ingénieurs de la manufacture ont eu l’idée d’un mouvement composé uniquement de roues. De plus, ils l’ont doté d’une fonction « dual time » et d’un dispositif de sécurité qui empêche tout réglage entre 20 heures et minuit : manipuler à ce moment-là un quantième perpétuel risquerait d’endommager son mouvement, dont les correcteurs sont verrouillés.

Plus d’infos sur : 
www.montblanc.com

CIM Internet