Paris Match Belgique

Horlogerie : Les plus belles montres-bijoux de l’automne

Une tendance forte du moment. | © Swarovski

Montres

Ma montre ? Un bijou ! La tendance des montres-bijoux fait passer le temps en beauté.

Les tours de cadran méritent bien quelques atours pour accompagner l’écoulement des heures. La montre-bijou n’est, certes, pas un genre nouveau. Les toutes premières montres féminines – destinées aux reines, princesses et dames de la haute société – étaient virtuellement des bijoux richement décorés de pierres, perles, gravures et peintures miniatures. Aujourd’hui, la lecture des heures sert toujours de prétexte aux femmes qui veulent arborer au poignet un brillant accessoire.

FREYWILLE, la montre-tableau

Depuis 1951, les artisans de cette maison viennoise maîtrisent la technique des décors en émail. Leur travail, très délicat, permet de créer des accessoires fidèlement inspirés par les grands peintres et artistes marquants des XIXe et XXe siècles : l’impressionniste Claude Monet, l’illustrateur de l’Art nouveau Alphonse Mucha ou encore l’architecte-peintre-décorateur Gustav Klimt.

De g. à dr. : Montre Freywille acier plaqué or 24 carats : le modèle Hommage à Claude Monet fait fleurir les célèbres iris bleus du peintre impressionniste, 2 220 €. Une Freywille parfaitement à l’heure des codes chromatiques luxuriants de Gustav Klimt. Acier plaqué or 24 carats, 2 220 €.

Pour compléter ses collections, la maison Freywille se lance à présent dans la manufacture de montres-bijoux, aussi délicates et raffinées. Le choix est déjà foisonnant : les célèbres iris et tendres nymphéas de Claude Monet, les motifs naturalistes de Mucha, typiques des années 1900, les sensuelles arabesques dorées de Klimt ou les motifs urbains vivement colorés de l’architecte moderniste autrichien Hundertwasser. Chaque modèle (rond sur bracelet cuir, rectangulaire sur bracelet rigide) est équipé d’un verre saphir inrayable et d’un mouvement quartz. Disponible en acier plaqué or 24 carats ou rhodié palladium.

Antverpia, la montre officielle d’Anvers

Plus précisément, il s’agit de l’unique montre adoubée par le DIVA, le nouveau musée diamantaire d’Anvers (19, Suikerrui). Les visiteurs peuvent la découvrir dans la boutique du musée : contemporaine, sexy, gainée d’acier d’acier inoxydable rose, blanc ou doré et… illuminée de onze diamants anversois.

Antverpia : la montre-bijou d’une marque d’horlogerie créée pour la boutique du DIVA Antwerp Home of Diamonds. Acier inoxydable, 11 index en diamants anversois, 395 €.

La marque est née il y a plus d’un an : la ville d’Anvers cherchait alors à lancer un nouveau concept autour du diamant. Dennis et Stefan Leemans, deux jeunes entrepreneurs issus d’une famille de diamantaires, ont répondu à l’appel. En collaboration avec deux horlogers, ils ont imaginé la montre Antverpia. Qualitative et abordable, avec mouvement quartz suisse Ronda, verre saphir et certificat pour les diamants.

Lire aussi > Les nouvelles Ice Pearl se parent de nacre naturelle

Swarovski, la montre cristalline

Nathalie Colin, directrice artistique, explique la collection 2019 : « Nous continuons à réinventer les montres de la plus brillante des manières et à développer notre ADN en utilisant des cristaux Swarovski comme éléments essentiels du design. » Résultat : toujours plus d’étincelles qui dépassent le fonctionnel et exhalent le glamour.

Trente cristaux Swarovski mobiles semblent flotter autour du cadran de la Lovely Crystals bracelet-jonc. 329 €.

Les nouveaux modèles sont audacieux, comme la sport chic Octea Lux Chrono parée d’une lunette facettée colorée ultrabrillante, la Cosmic Rock dont le bracelet se pave de cristaux champagne et gris, et la Lovely Crystal, posée sur un bracelet-jonc. Emblématique de la marque : la Crystalline Glam. L’effet scintillant de son cadran qui affiche près de 800 cristaux Swarovski s’obtient grâce à une technique exclusive. Toute la collection est Swiss made.

CIM Internet