Dans le cabinet de curiosités de Wouters & Hendrix

Dans le cabinet de curiosités de Wouters & Hendrix

Plus de 30 ans de carrière et 60 boutiques dans le monde pour Wouters & Hendrix | © W&H

Montres

Dans l’univers féérique de Katrin Wouters et Karen Hendrix, les pattes de corbeau se parent d’or et de grenat pour orner les oreilles des belles et les perles se font résolument modernes, rehaussées de plumes dans un délicat bestiaire imaginaire. Formées en même temps que les 6 d’Anvers, Katrin et Karen sont à la joaillerie ce qu’ils sont à la couture : de ravissants aliens, qui se jouent des règles pour mieux séduire avec leurs créations éclectiques et authentiques. 

 

W&H

L’allure onirique d’une patte d’oiseau qui enserre une perle de culture. L’élégance exotique de boucles d’oreilles rehaussées de corail. Le labyrinthe envoutant d’une bague de fiançailles ouvragée en diamants. Découvrir les créations de Katrin Wouters et Karen Hendrix, c’est s’émerveiller devant leur savoir-faire, leur univers et leur créativité. Fidèles à elles-mêmes, elles ont toujours mené leur marque comme elles l’entendaient : discrètes quand la mode était à l’ostentatoire, atypiques quand il s’agissait d’être consensuel, et passionnées, toujours. Un parti pris joyeusement impertinent, symptomatique d’une certaine identité créative belge, et qui a su séduire les précieuses tout sauf ridicules. Une belle histoire qui dure depuis plus de trente ans déjà.

Lire aussi : Dries : un film dans les coulisses du gourou belge de la mode à imprimés

Mode made in Anvers

« On s’est rencontrées dans la section bijouterie de l’Académie Royale des Beaux-Arts. En dernière année, on a toutes les deux eu envie de lancer une collection, et comme on était chacune très fan de l’univers de l’autre, cela nous a semblé naturel de travailler ensemble. On ne se connaissait pas très bien à l’époque, mais on respectait beaucoup le travail de l’autre, et cela nous semblait être un bon point de départ pour une collaboration. C’est comme ça qu’on a lancé Wouters & hendrix en 1984″. Un lancement qui a coincidé avec une déferlante sur la planète mode belge : l’arrivée des 6 d’Anvers. « On a commencé en même temps que les 6, on a même participé à notre première foire à l’étranger ensemble, à Londres. À l’époque, il y avait un engouement incroyable pour la mode belge, et on a pu en profiter. Pour nous, c’est une fierté de faire partie des créateurs belges et de constater que notre esthétique plait vraiment à l’étranger. Sur notre boutique en ligne, par exemple, on a énormément de clients venus des Pays-Bas ».

Lire aussi : Catherine Grasser, le design de Liège à Saint-Barth

W&H

Authenticité et humour

Les clés de ce succès ? Pour Katrin et Karen, cela réside dans leur esthétique unique. « Wouters & Hendrix est symbole d’authenticité, d’humour, mais aussi d’une esthétique romantique et excentrique. On change de thème à chaque collection, mais on retrouve toujours des éléments inspirés de la nature, des clins d’oeil surréaliste, et une touche humoristique. Toutes nos pièces sont faites à la main dans notre atelier de Berchem : cette approche artisanale et imparfaite est également typique de Wouters & Hendrix ».  Outre l’approche, Katrin et Karen se distinguent également par leurs matériaux fétiches. « On adore travailler l’or, les diamants et les gemmes, mais on ne renie pas l’argent ou les pierres semi-précieuses. On peut aussi bien chercher des matériaux pour concrétiser une idée, que se laisser inspirer par une pierre et imaginer un bijou pour la sublimer. Le matériau n’est pas une fin en soi : c’est le résultat final qui nous importe ».

Lire aussi : Gros plan sur le bad boy du ballet, Sergueï Polounine

 

W&H

Créatrices d’émotion

Le résultat le plus important pour les créatrices ? L’émotion des clients. « Les bijoux servent souvent à marquer des moments importants dans la vie des gens, et c’est une vraie source de bonheur pour nous d’être là pour les accompagner. On pourrait remplir une bibliothèque avec toutes les belles histoires que nos clients nous racontent, avec nos bijoux dans le rôle principal. Un homme nous a par exemple avoué qu’il s’était fait percer l’oreille, tellement il avait été séduit par notre boucle d’oreille en forme de plume. C’est incroyablement motivant pour nous de voir la diversité des amateurs de nos bijoux ». La vie est Belge.

CIM Internet