Paris Match Belgique

Horlogerie : Speedmaster d’Omega, la première montre portée sur la Lune

La marque Omega est à jamais associée à la conquête lunaire. | © Omega

Montres

Cinquante ans après son alunissage, la Speedmaster joue à nouveau les collectors et se remet… en mouvements.

La marque Omega est à jamais associée à la conquête lunaire. Voilà pourquoi la Speedmaster ST 105.012, première montre portée sur la Lune le 21 juillet 1969, est entrée dans la postérité horlogère sous un autre nom: la Moonwatch, bien sûr !

Montre anniversaire

Son pas de deux exploratoire au poignet des astronautes d’Apollo 11 méritait de dédoubler les collectors « 50th Anniversary ». Forgée dans un alliage exclusif d’or plus résistant que l’or jaune traditionnel, l’édition limitée en or Moonshine 18 ct évoque la première Speedmaster commémorative dévoilée le 25 novembre 1969 à Houston (Texas). La seconde édition limitée en acier est plus explicite. A gauche, sur le cadran, on voit Buzz Aldrin descendre de l’Eagle avant de poser le pied sur la surface lunaire à exactement 3 :15 :16 UTC. L’image, gravée au laser en or Moonshine 18 ct, fait partie du répertoire visuel de la mission Apollo 11. Elle est gravée aussi dans notre mémoire collective.

Lire aussi > Horlogerie : Il y a 50 ans, Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Omega marchaient sur la Lune

Côté face, le design élégant s’illumine à d’autres endroits d’or Moonshine 18 ct : index biseautés, logo Omega vintage, aiguilles des heures et des minutes. Côté pile, le fond du boîtier est décoré de la célèbre empreinte de pas dans la poussière lunaire. Sur une plaque laquée noire représentant le sol de la Lune, elle accompagne les mots légendaires de Neil Armstrong : « That’s one small step for a man, one giant leap for mankind. »

Calibres en orbite

Cette Moonwatch anniversaire hérite d’un nouveau mouvement automatique. Après quatre années de recherches, les horlogers Omega ont réussi à égaliser la précision d’un mécanisme lancé en 1996 : le calibre 1861, digne descendant du mouvement qui tictaqua sur la Lune en 1969. Mieux encore, ils la révolutionnent. En effet, grâce à la technologie co-axiale, la fonction stop-second et un haut niveau de protection antimagnétique, le calibre 3861 répond aux exigeants critères de la norme Master Chronometer.

Les fans n’ont jamais cessé d’en parler.

La maison suisse l’avait promis aux passionnés , elle est aussi remontée plus loin dans le temps. Histoire de recréer à l’identique le mouvement mécanique qui a accompagné chaque mission lunaire : l’emblématique calibre 321. Moteur de la Speedmaster dès 1957, ce champion de robustesse allait, huit ans plus tard, convaincre la Nasa d’homologuer la montre portée par l’astronaute Ed White lors de la première sortie américaine dans l’espace. Construction spéciale, esthétique, design raffiné : le calibre 321 a toujours fasciné les amateurs. « Sa production a été stoppée en 1968, mais les fans n’ont jamais cessé d’en parler. Cela souligne à quel point il est particulier », confie Raynald Aeschlimann, président et CEO d’Omega.

La gravure montrant Buzz Aldrin quittant la capsule spatiale le 21 juillet 1969 à 3:15:16 UTC. Détail du cadran de la Speedmaster Apollo 11 50th Anniversary Limited Edition, acier et or 42 mm, 9 100 €.

Une équipe d’experts a donc travaillé durant deux ans à reconstruire l’iconique mouvement dans le plus grand secret. S’il renaît rigoureusement conforme à ses spécifications d’origine, le calibre 321 aime l’audace. Il vient de se glisser au cœur d’une Speedmaster en alliage platine et or, et sous ses trois compteurs sculptés dans des fragments de météorite lunaire.

CIM Internet