Paris Match Belgique

Hall of Time, le rendez-vous bruxellois des passionnés d’horlogerie : « C’est une culture en soi »

Françoise Lanoizelet et Emmanuel Hankard ont lancé Hall of Time, à Bruxelles, il y a 10 ans

En 2009, Françoise Lanoizelet et Emmanuel Hankard ont fondé leur « maison du temps » sur un véritable credo. Une passion devenue un métier : partager avec collectionneurs, amateurs avertis et néophytes leur amour des montres mécaniques. | © DR

Montres

L’ambassade bruxelloise des grandes manufactures suisses et de marques horlogères les plus renommées fête son dixième anniversaire.

Il y a dix ans, Françoise Lanoizelet et Emmanuel Hankard étaient encore des « watch lovers » très épris d’horlogerie. La fascination de la mesure du temps et de ses trésors leur donna l’idée d’un concept qui n’existait pas en Belgique : un espace de découvertes et d’échanges dédié exclusivement aux montres mécaniques.

Lire aussi > Romain Gauthier, ce « Jedi » de la haute horlogerie suisse

Hall of Time est devenu depuis une référence horlogère nationale et internationale. Un lieu d’exception aussi par l’architecture intérieure qui l’anime. Ses petits salons circulaires en bois précieux accueillent les conversations, tel un boîtier protégeant un mouvement d’horlogerie fine ou de haute horlogerie.

Paris Match. Votre intention première en 2009 ?
Françoise Lanoizelet. Tout est parti d’une interrogation essentielle : que pouvions-nous apporter de plus face à des maisons concurrentes bien installées, parfois depuis plus de cent ans ? La réponse s’est imposée naturellement : créer un endroit pour accueillir et conseiller, comme nous aurions aimé être reçus et conseillés.

Estimez-vous avoir réalisé vos rêves aujourd’hui ?
Emmanuel Hankard. Au-delà de toutes nos espérances. Les dix ans d’histoire de Hall of Time ont construit sa légitimité auprès des manufactures de tradition et des grandes marques. Notre équipe compte près de vingt personnes au service des passionnés de belle mécanique horlogère.

« J’aime les montres ayant la légitimité d’un modèle qui traverse le temps. » Jaeger-Lecoultre Reverso Classic Small or rose (design créé en 1931).

À l’écoute du temps et d’une clientèle fidèle, qu’avez-vous constaté en dix ans ?
F.L. L’horlogerie est un univers qui intéresse fortement le public. Et cela continue, car elle ne se résume pas aux montres. C’est une culture en soi.
E.H. L’attitude d’achat a changé. Il y a dix ans, les propriétaires d’icônes horlogères souhaitaient découvrir des garde-temps moins connus, des manufactures de niche. En 2019, leurs préférences s’orientent davantage vers les valeurs sûres.

Quels points importants et progrès retenez-vous de la décennie écoulée ?
F.L. L’évolution a été très positive. Des recherches sur la précision et les matériaux ont permis d’améliorer le confort de l’utilisateur. Citons les métaux insensibles au magnétisme, les spiraux en silicium qui évitent la magnétisation du mouvement à la source, le titane ultraléger retravaillé pour le rendre proche de l’acier. Enfin, la céramique a pu décliner en couleurs sa haute résistance aux griffes. Sa palette chromatique s’étant élargie, on peut avoir des montres 100 % céramique (Hublot, Chanel J12) ou juste une lunette en céramique (Rolex, Hublot, Tudor). La lunette est en effet la partie de la montre la plus exposée aux rayures.

« Aujourd’hui, l’engouement est aux valeurs sûres et à l’Adn d’une marque. » 
Breitling Navitimer 
1 B01 43 mm, acier, automatique.

Votre plus grande émotion de professionnels de l’horlogerie ?
E.H. En 2016, l’ouverture de la boutique Rolex by Hall of Time !

Lire aussi > Horlogerie tendance : Les 3 coups de coeur de Françoise Lanoizelet au SIHH

Comment envisagez-vous l’avenir des montres mécaniques ? Vos projets pour la prochaine décennie ?
F.L. L’horlogerie mécanique véhicule des valeurs d’artisanat et de bel ouvrage que l’on redécouvre. Elle correspond tout à fait au mode de consommation durable prôné aujourd’hui. Une montre mécanique ne sera jamais obsolète en cinq ans : un entretien la remettra à neuf. Aucune comparaison possible avec les smart watches, esclaves des mises à jour. L’horlogerie traditionnelle n’a rien à craindre. Nos projets ? Continuer à lui consacrer enthousiasme et passion, consolider nos acquis et préserver le niveau de service cinq étoiles de Hall of Time.

« Un style reconnaissable au premier regard, une personnalité affirmée ! » Hublot Big Bang 41 mm, acier et diamants, automatique.
CIM Internet