Paris Match Belgique

Montres de collection : Les conseils avisés de l’Artisan du Temps, à Bruxelles

À 16 ans, Gilles Clavareau voulait déjà être horloger. Sa formation lui a permis de travailler directement « à l’établi ». A présent, il corrige les épreuves d’examen de l’école d’horlogerie IATA de Namur. « Le métier redevient attractif pour les jeunes. S’ils sont motivés, ils peuvent réussir. » | © DR

Montres

À Bruxelles, un passionné de montres mécaniques de collection s’est spécialisé dans leur achat, vente, restauration et expertise.

Rares sont ceux qui réussissent à faire de leur passion un métier et de leur métier une passion. À 36 ans, Gilles Clavareau coche les deux cases. Depuis 2004, sa boutique L’Artisan du Temps est une référence incontournable pour vendre, acquérir ou expertiser une montre de collection. Cet horloger punchy a également créé un atelier de restauration dont les six artisans œuvrent « à vue ».

Paris Match. Etes-vous agacé d’entendre quelqu’un confondre montres de collection et montres d’occasion ?
Gilles Clavareau. Je réfute le terme dépréciatif de « montres d’occasion ». Les personnes qui se séparent de leur garde-temps le font avec un pincement au cœur. Jamais parce qu’il a perdu de sa valeur ou ne plaît plus. Hier, un collectionneur est venu vendre deux montres exceptionnelles pour en acquérir une encore plus exceptionnelle ! Les vendeurs ont la consolation de savoir que leurs montres sont entre les mains d’horlogers passionnés et qu’elles seront acquises par des passionnés.

De quelles périodes les garde-temps qualifiés « de collection » datent-ils ?
De 1920 à nos jours. Une montre récente, mais rare et recherchée, devient « de collection ». Pouvoir en disposer tout de suite booste son prix. Les amateurs savent pertinemment qu’il faut parfois attendre des années avant qu’une grande manufacture ne leur livre un modèle très prisé.

Dans l’atelier, les jeunes horlogers travaillent sous les yeux des passants. « Pour mettre en valeur ce métier d’artisanat, nous réalisons aussi chaque mois deux films destinés à notre chaîne YouTube. » DR

Combien de montres anciennes et modernes proposez-vous en magasin et en ligne ?
Environ 300 pièces, exclusivement mécaniques : des Patek Philippe, Rolex, Omega, Vacheron Constantin, Breguet, Jaeger-LeCoultre, etc. Une montre mécanique est la seule capable de vous survivre et d’avoir toujours un propriétaire.

Pour restaurer celle qui en a besoin, comment procéder ?
Son aspect visuel doit rester le plus proche possible de l’aspect d’origine. La restauration concerne donc essentiellement le mécanisme. Au lieu de les remplacer, nous rafraîchissons aiguilles, remontoirs et cadrans. C’est la même chose pour une voiture de collection : on admet de renouveler les plaquettes de frein, pas la carrosserie ! L’état neuf plaît souvent moins aux collectionneurs qu’une belle patine due aux ans. Un exemple ? Les Rolex Submariner du début des années 90. Exposés au soleil, les cadrans d’un bleu intense ont viré au mauve. Rolex a corrigé le problème, mais ces « purple dials » ont pris plus de valeur à cause de leur rareté. Des milliers d’euros pour un défaut ! C’est fou, quand on y pense.

À gauche, un rarissime chronographe Omega de 1938, 
calibre 33.3. Typique des courses de rallye de l’époque, il figure dans un ouvrage édité par des historiens de l’horlogerie. À droite, une pièce récente de haute horlogerie : une Breguet Tradition squelette en or jaune 18 carats, remontage manuel. DR

Les manufactures ne vous tiennent pas rigueur de réparer et restaurer leurs propres créations ?
Notre approche artisanale les rassure. Chacun est horloger dans l’équipe. Notre atelier indépendant possède les outils les plus fiables pour travailler sur des montres sophistiquées. Les réparations s’effectuent scrupuleusement avec des pièces d’origine. Omega nous a accordé sa confiance en agréant l’atelier au plus haut niveau : le Co-Axial.

Le propriétaire d’une belle montre doit-il la faire expertiser ?
C’est conseillé s’il désire la revendre un jour ou se protéger en cas de vol ou de sinistre. Les compagnies d’assurance préfèrent un certificat avec le numéro de série plutôt que d’avoir à scruter une photo du propriétaire qui porte la montre. 

Plus d’infos: L’Artisan du Temps, 758 chaussée de Waterloo 1180 Bruxelles – 02 345 56 88 artisandutemps.com

CIM Internet