Paris Match Belgique

Tissot : deux époques au poignet

Lancement des nouvelles Gentleman et Heritage Porto chez Tissot.

Les nouveaux modèles lancès chez Tissot permettent de rappeler son attachement aux codes classiques et à une lecture raffinée du temps. | © Tissot

Montres

Codes classiques d’une montre des années 60 ou volutes horaires de 1910 ? Prenez votre temps…

 

Votre choix sera, de toute façon, celui de l’élégance. Et au-delà de l’élégance, celui du style. C’est, en 2020, la volonté de la marque horlogère suisse Tissot, que l’on connaît davantage pour ses collections sportives : la Tissot T-Touch (première montre tactile, créée en 1999) et la Tissot T-Race.

Avec plus de quatre millions de pièces exportées à travers le monde chaque année, l’entreprise se positionne parmi les leaders de l’horlogerie suisse traditionnelle. Le lancement des nouvelles Gentleman et Heritage Porto permet de rappeler son attachement aux codes classiques et à une lecture raffinée du temps.

Sixties chic

La Tissot Gentleman : aussi à l’aise dans l’environnement professionnel que pendant le week-end. Au poignet, le modèle automatique acier et cadran bleu. Aussi en version quartz à partir de 375 euros. ©Tissot

La Tissot Gentleman est un garde-temps polyvalent en acier, facile à porter entre loisirs et travail. Il tire son inspiration d’un modèle créé dans les sixties, période qui a bouleversé et modernisé le visage des montres. Tissot y ajoute un twist actuel : diamètre 40 mm, jeu des couleurs, éclat d’éléments saillants. Le cadran bleu, argent, sable, noir ou marron s’habille d’index biseautés, satinés et polis que viennent effleurer des aiguilles dauphine facettées. Une minuterie très discrète et un guichet date en complètent les traits subtils.

Un garde-temps est, par définition, une montre mécanique : sur le cadran, la mention « Powermatic 80 Silicium » indique que la Gentleman se motorise d’un calibre fort intéressant. Un balancier en silicium en augmente la durabilité et la résistance aux champs magnétiques perturbateurs. Que signifie « 80 » ? Que le remontage automatique, via une masse oscillante gravée de vagues, alimente une confortable réserve de marche de presque trois jours.

De quoi passer le week-end sans remise à l’heure, ni remontage. Conclusion : avec sa fine mécanique, ses cadrans travaillés et ses multiples versions sur cuir ou acier, la Gentleman s’adresse aux amateurs d’horlogerie bien faite, conciliant détails soignés et prix abordables (de 755 à 1 325 euros).

Lire aussi > Tour de France : Petits secrets et grands défis de Tissot, chronométreur officiel

Art Nouveau

L’Heritage Porto : tout pour plaire aussi aux femmes. Avec ses volutes, ses pleins et ses déliés, l’Art nouveau, à l’origine de cette jolie montre, célébrait les formes féminines. 1 000 euros. ©DR

L’Heritage Porto affiche un caractère rétro assumé. Tout y évoque l’horlogerie du début du XXe siècle : le galbe du boîtier tonneau élancé et bombé, les lignes fluides et sensuelles en acier ou PVD or rose, la typographie tout de pleins et de déliés. L’exercice de style, destiné aux femmes comme aux hommes, ne doit rien à l’improvisation. La montre avait été lancée initialement en 2001 à Porto, alors Capitale européenne de la culture. Il s’agissait d’une série limitée, issue d’une création Art nouveau de 1910. Encore plus fidèle à l’original, la nouvelle interprétation réhabilite un détail pratique typique de l’époque : les « anses fil » articulées pour maintenir le bracelet.

Le souci de confort se retrouve partout dans l’Heritage Porto : fond plein bombé suivant la courbe du poignet, couronne calée au milieu de la carrure afin d’éviter les frottements. Sous un cadran blanc opalin avec petite seconde, la version mécanique abrite un mouvement à remontage manuel. Question d’ambiance historique ? Pas seulement : celui-ci limite l’épaisseur du boîtier à 10,47 mm. La version quartz (de 470 à 540 euros) en fait autant, afin de se glisser sous toutes les manches de chemise.

Infos

tissot.com – 02 558 38 42

 

CIM Internet