Paris Match Belgique

Frédérique Constant : Sa Majesté le chronographe

Côté face, le règne de la simplicité : deux compteurs chronographe et, à 6 heures, un calendrier circulaire. Côté pile, le fond saphir dévoile la complexité du calibre automatique et de son module flyback. Acier, 42 mm. | © ©DR

Montres

L’ajout de la fonction « flyback » (ou retour en vol) en fait une pièce royale pour amateur averti.

 

Par Catherine Malaise

Vous trouvez le temps long ? Eh bien, mesurez les temps courts ! Un chronographe permet de comptabiliser des intervalles de temps Ð heures et minutes Ð sur ses deux compteurs. Bref, il chronomètre, sans être pour cela un chronomètre.

Compliqué ? Les deux appellations horlogères chronographe et chronomètre sont souvent confondues. Un chronomètre est le label attribué à une montre d’une haute précision, testée et certifiée par le Contrôle officiel suisse des chronomètres (COSC). La manufacture genevoise Frederique Constant ravit les collectionneurs avec un type de chronographe bien particulier : le chronographe à fonction flyback. En 2017, sa singularité et sa difficulté de réalisation ont abouti à la création d’une gamme intégralement développée, fabriquée et assemblée au sein de la maison suisse. En 2020, la collection Flyback Chronograph Manufacture s’étoffe de deux nouvelles variations à l’allure sport-chic. De 3 895 à 4 195 euros, elles sont fidèles à la philosophie d’une marque engagée à rendre la fine horlogerie suisse plus accessible.

À toute vitesse

La fonction flyback permet de relancer quasi instantanément un nouveau chronométrage en appuyant une seule fois sur le poussoir inférieur. ©DR

Principe du flyback : l’arrêt, la remise à zéro et le redémarrage du chronographe s’actionnent d’une seule pression sur un même poussoir, au lieu de trois pressions réparties sur deux poussoirs. Non chronophage, cet ingénieux système fait gagner de précieuses secondes de manipulation. Son invention remonte aux années 1930, époque où les aviateurs avaient besoin de chronographes plus faciles à utiliser avec leurs gants. Voilà pourquoi le flyback se nomme aussi Ç retour en vol È. Aujourd’hui, il permet, entre autres, de mesurer des temps de courses successifs lors d’événements sportifs. Son zèle sous-tend une réelle complexité mécanique.

Lire aussi > Comment Frédérique Constant rend le luxe horloger plus abordable

Le mode flyback implique que les étapes arrêt-remise à zéro-redémarrage soient parfaitement simultanées. Pour les enclencher en une seule et unique pression, les chronographes traditionnels enchaînent embrayages et débrayages. Il leur faut, pour cela, multiplier les roues à colonnes. Le calibre qui anime le chronographe flyback manufacture de Frederique Constant se dispense de cette complexité. Plus simple, plus fiable, plus fluide : moins de composants, moins d’opérations et une roue, non plus à colonnes, mais étoilée. Six ans de développement et une reconstruction totale ont été nécessaires avant d’obtenir l’un des modules de retour en vol les plus efficaces et les plus abordables au monde, selon la maison genevoise.

Deux tons, double tentation

Pour la première fois, la manufacture offre le contraste de compteurs argentés à son chronographe flyback. Acier plaqué or rose, remontage automatique, réserve de marche de 38 heures. ©DR

La collection subit le destin des créations culte : plusieurs modèles sont épuisés. Suite aux demandes répétées des amateurs de chronographes, deux nouvelles propositions sont désormais disponibles. Points communs : un diamètre citadin de 42 mm, un fond saphir transparent, des compteurs argentés pour un contraste dynamique et une meilleure lisibilité. La version plaquée or rose déploie ses trois compteurs sur un cadran chocolat. La version acier préfère installer les siens sur un cadran bleu profond. Deux futurs fleurons d’une marque horlogère capable de cultiver la qualité technique et de produire ses propres mouvements sans se rendre inaccessible.

INFOS
Et vente en ligne : www.frederique-constant.com

 

Mots-clés:
Montres montres de luxe
CIM Internet