Paris Match Belgique

Breguet : la beauté mécanique

Tradition Quantième Rétrograde 7597. L’architecture symétrique du mouvement se complète d’un calendrier semi-circulaire. L’aiguille bleue courbée dite « rétrograde » revient à son point de départ après avoir indiqué chaque jour du mois. 40 mm, or blanc 18 ct, cadran argenté en or 18 ct, remontage automatique. | © Breguet

Montres

La manufacture suisse fondée par le plus grand horloger du XVIIIe siècle s’inspire toujours de son esprit inventif.

 

Breguet peut s’honorer aujourd’hui d’être l’une des références absolues en matière de haute horlogerie et d’appartenir à l’héritage culturel européen. D’Abraham-Louis Breguet (1747-1823), architecte de mécanismes majeurs comme la montre automatique perpétuelle, le tourbillon (1801) et de bien d’autres ayant révolutionné la mesure du temps, la maison a hérité davantage qu’un nom : un patrimoine plus que bicentenaire. En 2005, elle y a puisé le design typique de la collection Tradition, véritable radiographie d’un calibre. Chaque modèle laisse, en effet, apparaître l’ensemble des organes cachés habituellement sous le fond du boîtier. Ponts, rouages, échappement, barillet (où se tend le ressort fournisseur d’énergie) occupent le devant de la scène.

Lire aussi >Paris Match vous offre 24 Ice-Watch !

Leçon d’histoire au poignet

Tradition Automatique Seconde Rétrograde 7097. Le modèle tire son nom de la mesure des secondes via un demi-cercle superposé à 10 heures. 40 mm, or blanc 18 ct, cadran guilloché en or bleui, masse oscillante en or selon le style de l’époque, remontage automatique. ©Breguet

A l’instar des garde-temps livrés par A.-L. Breguet aux grandes figures de l’Histoire (de Louis XVI à l’impératrice Joséphine), les nouvelles créations sont dotées d’un échappement à cylindre. Ce dispositif historique, sans cesse perfectionné, a encore été « upgradé » il y a quelques années. L’échappement et le délicat spiral faisant battre le cœur du mouvement bénéficient, depuis, de la modernité du silicium. Une matière synonyme d’ultraprécision de marche, car insensible aux champs magnétiques -accusés de dérégler les montres mécaniques. Face à la créativité et à l’ingéniosité du fondateur, les maîtres-horlogers actuels ne déméritent pas. Que du contraire : depuis 1999, les dépôts de brevets sont plus nombreux que les inventions répertoriées par Abraham-Louis Breguet.

Lire aussi > Horlogerie : Les montres royales de Breguet sont chargées d’histoire

Source d’inspiration, la montre de souscription

Tradition 7038 pour femme, aussi mécanique que féminine. La symétrie caractéristique de la collection Tradition se pare d’un cadran en nacre de Tahiti guillochée, de ponts mordorés et d’une lunette sertie de diamants. Côté face, côté pile, le barillet central et la masse oscillante en or sont transformés en rosaces. 37 mm, or rose, couronne incrustée d’un rubis, remontage manuel. ©Breguet

Si l’horloger de génie a créé les garde-temps les plus compliqués qui soient, le destin l’amena un jour à concevoir une montre d’une totale simplicité, robuste et sobre. Elle fut le moyen d’attirer une nouvelle clientèle après deux années passées en Suisse, au plus fort de la Révolution française (citoyen helvétique, Breguet s’était installé à Paris pour mener sa brillante carrière). De retour en 1795, il reprend les rênes de son atelier du quai de l’Horloge en proposant, sur le mode de la souscription, une montre fiable et épurée. Le succès fut immédiat : perfectionniste, soucieux autant de la technique que de l’esthétique, il en avait fait un chef-d’œuvre.

Les montres de souscription s’admirent d’ailleurs aujourd’hui au musée Breguet et l’une d’elles est exposée au musée du Louvre. Trois ans plus tard, l’horloger utilisera leur calibre pour réaliser ses premières montres « à tact », en y ajoutant un petit cadran décentré. C’est de ce cheminement que naquit en 2005 la collection Tradition. Les nouveautés 2020, logées dans des boîtiers en or 18 carats, offrent une vue plongeante sur le mouvement historique aux formes architecturales. Leurs points communs se repèrent au premier regard : équilibre visuel orchestré par une parfaite symétrie des roues et des ponts finement grenaillés, cadran guilloché main « clou de Paris » excentré à 12 heures, masse oscillante en or. Leur élément signature : le fameux « pare-chute » inventé en 1790 afin de mettre les oscillations du balancier à l’abri des chocs. L’ancêtre de toutes les protections antichocs modernes -s’observe à 4 heures.

Lire aussi > Breguet, l’horloger des Reines

CIM Internet