Paris Match Belgique

Pasha de Cartier : L’élégance extravertie

Le jeu d’équilibre de la Pasha de Cartier rapproche harmonieusement les contraires. Acier 41 mm, couronne sertie d’un spinelle de synthèse bleu, bracelets interchangeables en acier et alligator gris. Automatique, réserve de marche de 40 heures. | © Cartier

Montres

L’anticonformiste des Eighties revient avec ses codes forts et son design hors norme adaptés aux années 2020.

 

«Adaptés » ? Est-ce à dire revus, réinventés ? Non, on ne change pas une montre phare qui aime la lumière et revendique sa force de caractère depuis 1985. La Pasha des années 2020 demeure fidèle à l’originale, tout en allant plus loin dans le raffinement. Elle réapparaît avec une nouvelle couronne précieuse incrustée d’un spinelle ou d’un saphir, un fond saphir ouvert sur un mouvement manufacture, des bracelets interchangeables et des possibilités de personnalisation. L’idée de Cartier est de la faire pulser au rythme de l’énergie d’aujourd’hui et de la sophistiquer via des fonctions et détails horlogers au service d’une signature graphique déjà très affirmée.

Pour le reste, la nouvelle Pasha garde l’esprit et les codes iconiques de son aînée. Une aînée pas très sage, qui fit aimer l’audace d’un carré (chemin de fer des minutes) dans un cercle (lunette à brillance miroir), celle de quatre chiffres arabes surdimensionnés et d’un bracelet arrimé avec force par quatre « clous de Paris ». L’ultime élément clé qui lui permit de sortir du cadre horloger classique et de séduire les leaders de son époque fut une étonnante couronne enchaînée. Résultat, les hommes ont adopté la Pasha et les femmes libérées la leur volèrent ensuite. La nouvelle Pasha de Cartier assume et sublime ces excès dans une collection mixte, parfois joaillière et typiquement horlogère grâce aux versions squelette.

 

Marine ou fuchsia ? Il est permis d’hésiter longtemps, le système d’interchangeabilité des bracelets en alligator ne demandant, lui, que quelques secondes ! Acier, 35 mm, cabochon spinelle, automatique, réserve de marche de 40 heures. ©Cartier

Le nom, l’ADN

Avant d’inspirer le best-seller Cartier des années 1980, la Pasha a magistralement construit sa légende. 1932 : la maison parisienne reçoit une -commande horlogère spéciale. Thami El Glaoui, richissime pacha de Marrakech, désire faire réaliser une montre hors du commun, ultraluxueuse bien sûr, mais surtout capable de résister aux bains et séances de nage dans sa piscine. Louis Cartier imagine pour lui The Pasha, un garde-temps en or, puissant et massif, doté d’une grille de protection. Ce qui fut le premier modèle étanche de la maison (via la fermeture à vis du boîtier et le capuchon vissé du remontoir) entrera dans ses collections en 1943. Quatre décennies plus tard, le garde-temps cossu engendrera une ligne de montres rondes sportives-chic, baptisées Pasha de Cartier en souvenir d’un des plus célèbres pachas marocains.

Lire aussi > Cartier : Belle cadence

Pasha de Cartier Squelette en acier, 41 mm, couronne sertie d’un cabochon saphir, remontage automatique, réserve de marche de 48 heures, bracelets alligator marine et gris. ©Cartier

Singulière, mais plurielle

Souveraine par son histoire, la Pasha peut proposer à présent des versions acier vraiment idéales pour la vie de tous les jours. Deux formats la rendent aussi parfaitement mixte : 41 mm et 35 mm. Un calibre automatique, conçu dans la manufacture Cartier de La Chaux-de-Fonds, y assure une précision à l’abri des perturbations du magnétisme. Ergonomie contemporaine oblige, les bracelets sont (très facilement) interchangeables grâce à un mécanisme invisible. Ceux en métal bénéficient d’un système de mise à mesure, sans outil ni aide d’un horloger. Chaque maillon est équipé d’un bouton-poussoir à actionner soi-même d’une simple pression. Les déclinaisons en or jaune et les interprétations en or rose ou or gris avec diamants incarnent, de façon éclatante, le luxe qui fit naître la Pasha de Cartier.

Lire aussi >Cartier, Omega, TAG Heuer : L’heure de la romance

Personnalisation 2020 : sous l’emblématique chaînette du protège-couronne, un petit rectangle est désormais réservé à la gravure des initiales du propriétaire de la montre. ©Cartier

 

CIM Internet