Paris Match Belgique

Girard-Perregaux : Noir, c’est noir

Le vrai luxe de la Cosmos Infinity : permettre d’observer en même temps les frissons d’un tourbillon, l’évolution nocturne de la voûte céleste et le spectacle de la Terre vue du ciel. Remontage manuel, titane et onyx, 8 pièces numérotées. | © Girard-Perregaux

Montres

Ses garde-temps s’habillent d’onyx pour concentrer l’élégance du smoking et les mystères du cosmos.

 

« Onyx is the new black », l’onyx est le nouveau noir ! Il ne s’agit pas du dernier code fashion, mais de la nouvelle forme d’expression d’une des plus anciennes manufactures de haute horlogerie toujours en activité. Depuis 1791, cette grande maison suisse utilise son savoir-faire légendaire et sa maîtrise de l’esthétique pour révéler la valeur du temps.

A présent, elle lui tend aussi un miroir minéral : des cadrans en onyx lisse et brillant. Une prouesse artisanale, explique Clémence Dubois, responsable des produits et du marketing chez Girard-Perregaux. « Pour façonner l’onyx en cadrans de forme rectangulaire ou ronde, il faut être démesurément qualifié. Ce travail de plusieurs mois n’exige pas moins de quinze opérations méticuleuses au sein de notre manufacture. » Un traitement de faveur réservé à plusieurs montres ultra-exclusives.

Dans sa robe noire d’onyx poli miroir : la 1966 Infinity 30 mm encerclée de diamants. Acier, automatique, fond saphir, masse oscillante en or rose. Version 40 mm en acier poli, 188 exemplaires. ©Girard-Perregaux

Astronomie chic

Huit exemplaires, trois complications d’exception : l’édition Cosmos Infinity incarne la mesure du temps selon Girard-Perregaux. Magique, avant-
gardiste, érudite ! D’abord, une cage de tourbillon en forme de lyre y virevolte pour atténuer l’influence de la gravité sur le balancier. Elle est maintenue par un pont « Neo » en titane grade 5
offrant une vue impressionnante sur la vie intérieure du mouvement mécanique. La complexité, l’assemblage et le réglage d’un tourbillon exigent beaucoup d’expertise : Girard-Perregaux a créé sa première montre dotée d’un tourbillon en 1860. La marque peut s’enorgueillir aussi d’une centaine de brevets et d’innombrables prix et distinctions.

Revenons au cadran où l’onyx noir, symbole de la profondeur de l’univers, accueille deux globes tridimensionnels, également en onyx. Sur le côté droit, le globe terrestre tourne sur lui-même en 24 heures. Le globe céleste, situé en face, effectue sa rotation en 23 heures et 56 minutes. Objectif de leur duo animé par un calibre à remontage manuel ? Pour le premier, indiquer de façon très visuelle s’il fait jour ou nuit et, pour le second, afficher les constellations telles qu’on les verrait tout au long d’une nuit sans nuages.

Lire aussi >Girard-Perregaux : Séduire au premier regard

Edition Vintage 1945. L’élégant boîtier rectangulaire abrite un calibre manufacture qui orchestre le bal des phases de lune et l’affichage d’une grande date brevetée. Acier, index et masse oscillante en or rose, automatique, réserve de marchede 46 heures. ©Girard-Perregaux

Passé recomposé

D’autres montres ignorent, en revanche, la complexité lorsqu’elles allient les codes de design de leur époque à la brillance miroir de l’onyx. L’édition Vintage 1945 Infinity exprime le charme et la fonctionnalité du style Art déco : boîtier rectangulaire d’une totale ergonomie au poignet, phases de lune et grande date affichée via deux disques distants d’à peine 0,1 mm. D’où un brevet !

Malgré ses rondeurs pures et sa simplicité typiques des sixties, l’édition 1966 Infinity se voit, elle aussi, transformée en parangon de sophistication. Côté face grâce à l’onyx noir, et côté pile grâce au fond transparent qui dévoile une masse oscillante en or rose. Conclusion du CEO Patrick Pruniaux : « Toutes ces nouveautés démontrent notre passion et notre engagement pour entretenir la réputation d’artisanat extraordinaire de Girard-Perregaux. »

INFOS
Joaillerie Manalys
11 boulevard de Waterloo,
1000 Bruxelles
02 512 61 18
www.girard-perregaux.com

CIM Internet