Paris Match Belgique

Pequignet : L’heure française

La création la plus récente se nomme Royale Saphir. Un cadran squelette caréné de bleu et d’inserts bleu nuit y affiche puissance, caractère et les disques jour, date et lune mis à nu. | © Pequignet

Montres

Indépendante, artisanale et créatrice de son propre mouvement manufacture, la marque à la fleur de lys mérite d’être mieux connue.

Par Catherine Malaise

« On ne peut cultiver l’art de la différence sans l’indépendance », estime Aymeric Vernhol. N’y voyez pas une simple formule. Il a, avec trois autres anciens cadres de Pequignet, racheté l’entreprise en 2017 afin d’en protéger l’ADN. Chacun y a investi ses deniers personnels, son expérience et son savoir-faire. Le quatuor des dirigeants est présidé par Dani Royer, l’ingénieur développeur-concepteur qui a œuvré durant trois ans à améliorer la perle rare de la maison. Le Calibre Royal ! « Ce mouvement est véritablement le seul et unique calibre français de haute horlogerie de manufacture depuis plus de quarante ans. »

Aymeric Vernhol, responsable de la communication, rappelle que le mécanisme était déjà un chef-d’œuvre d’innovations lors de son lancement en 2011. Points forts : une grande date à triple saut instantané, un remontage automatique dans les deux sens, un large barillet engrangeant 88 heures de réserve de marche et, surtout, une conception pensée d’emblée pour intégrer plusieurs complications horlogères. Le tout sans ajouter de modules, ni hausser le volume des boîtiers. Le Calibre Royal peut ainsi animer des montres qui allient finesse et complexité horlogère.

Lire aussi >C’est le temps de l’amour

Star des années 1980 et symbole de l’ADN de Pequignet, la Moorea revient parée de ses maillons d’acier allégés et adoucis. Acier, 42 mm, quartz suisse, 1 450 euros. ©Pequignet

Garde-temps très classe

Entièrement conçu, prototypé, assemblé et contrôlé dans les laboratoires et ateliers de haute horlogerie Pequignet situés à Morteau (Haut-Doubs), le Calibre Royal aligne huit brevets internationaux. Difficile de rêver mieux comme CV. Il est le cœur d’une collection manufacture élégante et racée ayant le chic d’être raisonnable en termes de budget.

La création la plus récente se nomme Royale Saphir. Un cadran squelette caréné de bleu et d’inserts bleu nuit y affiche puissance, caractère et les disques jour, date et lune mis à nu. Délestées d’une, deux ou trois complications, les versions plus épurées sont la Royale Titane, la Royale Grand Sport (44 mm), la Rue Royale (42 mm) et la Royale Manuelle (42 mm), dont la réserve de marche atteint 100 heures. Apprécié par les amateurs d’horlogerie, le remontage manuel peut offrir un intérêt inédit en situation de télétravail. « Le télétravail rend plus statique : c’est l’ennemi des montres automatiques, qui ont besoin de l’énergie des mouvements du bras pour fonctionner avec précision. »

 

La Royale Saphir réunit toutes les complications du Calibre Royal : grande date à triple saut, indicateur de réserve de marche (88 heures), petite seconde et lune noire creusée dans la masse. Acier, 42 mm, 9 000 euros. ©Pequignet

Esthétiques et de bon goût

Classicisme, intemporalité, soin poussé du détail : Pequignet cultive aussi ses valeurs dans la section Horloger Créateur, dédiée aux montres à quartz. On y retrouve les designs nés de la main même du fondateur Emile Pequignet. Cavalier émérite médaillé olympique en 1988, cet autodidacte passionné dessina les modèles Equus et Attelage en s’inspirant de l’univers équestre. Il imagina aussi la toujours étonnante Exagone, récemment squelettée, et la célèbre Moorea, icône horlogère des années 1980.

Elle revient en force et en douceur grâce à quelques subtiles améliorations. Preuve du caractère artisanal de la marque : avoir reçu, en 2014, le label Entreprise du Patrimoine vivant, attribué par l’Etat français. Et, c’est bon à savoir, la maison ayant une histoire (fondée en 1973), elle a gardé ses stocks d’anciens composants. Les horlogers du SAV peuvent ainsi redonner vie aux pièces vintage.

 

La Royale Manuelle se contente d’une petite seconde à 6 heures mais atteint 100 heures de réserve de marche. Acier, 42 mm, cadran argenté soleillé, bracelet veau gold ou bleu roi, 2 850 euros. ©Pequignet

INFOS

www.pequignet.com – 0470 75 01 93

CIM Internet