Paris Match Belgique

Frederique Constant : Virage mécanique

Classique au premier regard, le cadran argenté ou bleu de la Slimline Monolithic Manufacture dévoile son oscillateur révolutionnaire. 40 mm, édition limitée à 810 exemplaires pour chaque version acier, 4 495 euros. | © Frederique Constant

Montres

La manufacture genevoise révolutionne et démocratise le Graal de la haute fréquence.

 

Les passionnés de montres connaissent l’équation : plus la fréquence (nombre d’oscillations en une heure) d’un mouvement mécanique est élevée, plus grande est sa précision. Celle d’un calibre classique atteint habituellement 28 000 alternances/heure, soit 4 Hz.

Depuis les années 2010, les marques de haute horlogerie se sont engagées dans une course acharnée au « toujours plus ». Breguet démarra en 2010 pour obtenir la vitesse de 10 Hz, Zenith surenchérit en 2017 avec la Defy Lab (15 Hz) et Ulysse Nardin enchaîna en lançant deux ans plus tard la Freak NeXt (12 Hz). En 2011 et 2012, TAG Heuer avait déjà atteint les records vertigineux de l’ultrahaute fréquence grâce à ses Mikrotimer Flying 1000 et Mikrogirder, vrombissant respectivement à 500 et 1000 Hz ! Le point commun de ces joutes horlogères : briller en tout petit comité, au rythme d’éditions extrêmement limitées et onéreuses.

En 2021, Frederique Constant se distingue en lançant la Slimline Monolithic Manufacture, une 40 Hz industrialisée d’emblée à plus de 1 700 exemplaires et proposée dès 4 495 euros. Même engagée sur la voie royale de la haute fréquence, la marque reste fidèle à sa philosophie de démocratiser le luxe horloger « Swiss made ». Point à souligner : au lieu de performer dans un modèle de type ovni, les 40 Hz nouvellement conquis sont attribués au design le plus traditionnel de cette jeune maison fondée il y a moins de quarante ans.

 

Pas plus grand qu’un balancier traditionnel, l’oscillateur Frederique Constant ne requiert que des ajustements mineurs pour s’intégrer dans un mouvement standard. ©Frederique Constant

Quel est le principe des montres à haute fréquence ? Faire fi d’un système mécanique de régulation inchangé depuis plus de trois siècles. Le balancier et ses acolytes y sont, en effet, remplacés par un organe d’un seul tenant : l’oscillateur. Chez Frederique Constant, l’élégante Slimline abrite un oscillateur novateur, monobloc et flexible. Une idée de l’ancien cofondateur, Peter Stas, et du PDG néerlandais de Flexous, incubateur d’entreprises de haute technologie dans le domaine de l’horlogerie.

Pouvoir assurer la précision d’une montre grâce à un seul élément au lieu de 26 composants devant être assemblés, réglés et contrôlés comporte de multiples avantages : bye-bye les frictions, frottements, usures et lubrifications ! La manufacture mise sur un atout supplémentaire : ultrafin et de dimensions réduites, son oscillateur révolutionnaire peut s’intégrer dans un mouvement de configuration traditionnelle.

Lire aussi > Frédérique Constant : L’heure de raison

Cette pièce particulièrement compacte (9,8 mm de diamètre et 0,3 mm d’épaisseur) a été réalisée en silicium monocristallin afin d’écarter tout risque de magnétisme. Sur le cadran qui arbore guillochage clous de Paris et chiffres romains, elle se dévoile dans une ouverture à 6 heures. Sa valse est si rapide (288 000 oscillations/heure) que l’œil humain aura du mal à en percevoir les mouvements. La haute fréquence permet à la trotteuse de glisser de façon continue au lieu d’avancer par à-coups.

Fascinant ! Mais plus un mouvement va vite, plus il consomme de l’énergie et, par conséquent, voit son autonomie réduite. La Slimline Monolithic échappe à ce bémol. Editée en or rose ou acier, elle offre une substantielle réserve de marche de 80 heures grâce à la suppression des frictions et à la conception de son mouvement automatique, le trentième de la manufacture.

 

L’édition limitée en or rose 18 carats est déjà disponible. 40 mm, 81 exemplaires, 14 995 euros. ©Frederique Constant

INFOS
www.frederique-constant.com

 

CIM Internet