Paris Match Belgique

Blancpain 
: Fascination abyssale

blancpain montres

Pour s’approcher au plus près des mystérieux anneaux de corail qui tapissent les fonds marins du cap Corse, le module Andromèdre emmène Laurent Ballesta et son équipe à plus de de 100 mètres de profondeur.  | © DR.

Montres

Avoir créé l’une des montres de plongée les plus mythiques conduit l’horloger suisse à s’impliquer sans cesse dans l’écologie marine.

Par Catherine Malaise

Quand on s’engage, on ne compte pas : c’est déjà la sixième odyssée « Gombessa » du plongeur biologiste Laurent Ballesta soutenue par Blancpain. Les cinq premières avaient pour but d’étudier les écosystèmes marins parmi les plus rares et les plus inaccessibles de la planète. En 2013, il s’agissait d’aller à la rencontre du cœlacanthe des Comores, un poisson préhistorique que les historiens croyaient disparu depuis 70 millions d’années. L’expédition suivante – toujours menée par Laurent Ballesta – entreprit d’observer et de comprendre le phénomène de reproduction des mérous camouflages en Polynésie française. En 2015, le plongeur mit le cap sur l’Antarctique pour y étudier l’écosystème sous-marin fragilisé par le réchauffement climatique. Deux ans plus tard, retour en Polynésie afin d’examiner, cette fois, le comportement de chasse de quelque 700 requins gris de récif.

Lire aussi > Minimalisme nordique

L’expédition « Gombessa V » n’emmena pas l’équipe au loin, mais à quelques encablures des rivages de la Côte d’Azur. Le dépaysement fut néanmoins total : 28 jours de plongée à une profondeur de 60 m et 145 m, 28 nuits à dormir dans l’atmosphère pressurisée d’un caisson hyperbare flottant d’à peine 5 m2. L’objectif était double : mieux faire connaître des richesses sous-marines encore inexplorées et tester une nouvelle technique de plongée, qui permit aux membres de l’expédition de cumuler 400 heures de plongée à saturation.

À leur poignet, il y avait la montre Blancpain la mieux adaptée à un pareil défi : la robuste 500 Fathoms automatique étanche à 1 000 mètres ou 100 bars. Le 1er juillet 2021, Laurent Ballesta et ses quatre compagnons ont à nouveau embarqué à bord de la microstation bathyale. Il s’agissait, cette fois, d’explorer durant vingt jours les grandes profondeurs du parc naturel marin du cap Corse et de l’Agriate. La mission Gombessa VI entendait percer le mystère des « anneaux de corail » qui tapissent les fonds à 100 mètres de profondeur. Le 20 juillet, l’équipe refaisait surface avec des images inédites de ces étranges formations parfaitement circulaires et dessinées régulièrement sur le sol.

La mission « Cap Corse » permettra, à terme, de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse selon laquelle la formation de ces atolls de corail (de 20 mètres de diamètre chacun) serait liée à des émissions de gaz ou à des résurgences d’eau douce. L’exploration et la préservation des écosystèmes marins étant une préoccupation essentielle pour Blancpain, la manufacture de haute horlogerie est heureuse d’avoir contribué au projet, confiait le 20 juillet son président et CEO. Lui-même plongeur technique certifié, Marc A. Hayek avait tenu à accueillir en personne l’équipe au terme de son périple.

Ces missions extraordinaires renforcent la fascination qu’exerce la légendaire montre de plongée Fifty Fathoms depuis 1952. Un film documentaire, à visionner sur le site de la maison suisse, en dévoile l’histoire. Elle est relatée par les témoignages de Jean-Jacques Fiechter, ancien co-CEO de Blancpain, de Robert « Bob » Maloubier qui la fit entrer dans la marine française et de Marc A. Hayek, à l’origine de la renaissance de l’iconique garde-temps. Le récit est narré par Peter Coyote, acteur et auteur américain récompensé aux Emmy Awards.

INFOS

www.blancpain.com

Grisante

L’incontournable Fifty Fathoms Automatique s’équipe d’un bracelet en titane. Ne pas y voir une plongée dans la tendance : l’utilisation de ce matériau par Blancpain remonte au début des années 1960, lors de la production d’une série spéciale destinée aux démineurs de l’US Navy. Boîte 45 mm en titane, calibre manufacture, cadran soleillé noir ou bleu, étanchéité 300 mètres, réserve de marche de 120 heures.

blancpain montres
DR.

Naturelle

Son aura de robustesse prend des couleurs : la Fifty Fathoms Bathyscaphe Flyback passe au vert. Une teinte sublimée par un travail de grande technicité. La subtilité de la nuance, métallique selon l’angle d’incidence de la lumière, résulte d’une succession de couches nanométriques de matière. Boîte 43,6 mm en céramique satinée, calibre automatique manufacture, étanchéité 30 bars, réserve de marche de 50 heures.

blancpain montres
DR.
CIM Internet