Paris Match Belgique

La montre sportive selon Hermès

La H08 doit aussi sa singularité à un travail millimétré sur les formes où les arêtes sont adoucies, où les courbes fusionnent | © Hermes

Montres

Elle se nomme énigmatiquement H08 et franchit avec style les obstacles du genre.

 

Perfection des formes, sensualité des matières, exigence du confort : la nouvelle création d’Hermès s’inscrit pleinement dans l’univers masculin de la maison. Le spécialiste historique des équipements équestres s’éloigne au trot des caractéristiques habituelles des montres dites de sport. En lieu et place des volumes athlétiques et des angles tout en muscles, la H08 affiche des lignes partagées entre tension et fluidité, robustesse et délicatesse. Il y a en elle du nerf, de l’élan, du mouvement… mais pas une once de cuir.

L’ADN sellier d’Hermès lâche ici la bride à l’horloger créateur osant la sensualité des matières modernistes. Les boîtiers sont usinés en titane satiné ou traité DLC noir mat, et même en composite chargé de graphène, un matériau extrêmement dur et léger. Leurs teintes sourdes et minérales contrastent avec les jeux de lumière des surfaces : lunette en titane ou en céramique noire polie, cadran traité or noir ou nickel noir, bracelet caoutchouc noir ou orange, sangle tissée spécialement conçue pour être confortable et résistante.

La H08 doit aussi sa singularité à un travail millimétré sur les formes où les arêtes sont adoucies, où les courbes fusionnent. La géométrie s’avère inédite, en bonne intelligence avec le style « coussin », ni rond, ni carré. L’énigme du nom codé renvoie aux mathématiques et à la physique, précisent les équipes créatives qui ont officié à la naissance de la H08. La typographie, ne ressemblant à aucune autre, donne quelques indications.

 

La version la plus sombre est moulée dans une matière ultralégère extrêmement résistante : un composite chargé de graphène. Lunette en céramique satinée soleil, cadran traité or noir, fond saphir teinté noir, bracelet caoutchouc. ©Hermes

Les chiffres 0 et 8 ne se contenteraient pas, en effet, d’évoquer les contours de la boîte. Le premier incarne le vide et le second, basculé à l’horizontale, symbolise l’infini. Verdict d’Hermès : « Cette écriture est comme un voyage entre le rien et le tout, comme un écho au mystère et à l’épaisseur du temps. » Quand une montre sportive fait à ce point de la philosophie, le moins qu’on puisse faire est de la doter d’un calibre de manufacture.

La H08 a donc droit au mouvement automatique H1837, doté d’une réserve de marche de 50 heures. Il anime la course des aiguilles autour d’un disque de minuterie satiné traité or noir ou nickel, rythmé de chiffres arabes luminescents. Avoir la montre en main permet d’apprécier un sens du détail poussé au maximum. Le regard découvre que le petit contrepoids de l’aiguille des secondes imite le galbe du boîtier et qu’à 10 heures, le chiffre zéro semble faire de même.

En conclusion, l’Hermès H08 signe un style aussi performant que sophistiqué. Elle est bel et bien un objet d’équilibre dont la respiration sportive est en accord avec l’élégance et les pulsations de l’homme d’aujourd’hui.

 

Deux finitions de titane accompagnent les lignes tendues mais douces de la montre H08. Ici, la matité du titane traité DLC noir jouent différemment avec la lumière et les niveaux de gris. Bracelets titane, caoutchouc noir ou orange, fibre tissée noire, anthracite ou bleue. A partir de 5 100 euros.  ©Hermes
Pour Hermès, le temps est un objet de réflexion qui doit avoir la légèreté de l’inattendu. À la fois rigoureuse et sensuelle, la montre H08 se profile comme une sportive atypique. 39 x 39 mm, date miniaturisée à 4 h 30, remontage automatique, réserve de marche de 50 heures, étanchéité 100 mètres. ©Hermes

INFOS
www.hermes.com

 

CIM Internet