Paris Match Belgique

Breguet en majesté

Caroline Murat, jeune sœur de l’empereur Napoléon Bonaparte, régna sur Naples de 1808 à 1815. Elle fit l’acquisition d’une trentaine de montres, dont l’une sera la première montre-bracelet au monde. Le bracelet était fait de cheveux entremêlés de fils d’or. | © Breguet

Montres

Ses créations « Reine de Naples » sont une ode à la féminité et un hommage à la toute première montre-bracelet.


Qui dit Breguet, dit haute horlogerie et histoire avec un grand « H ». Son fondateur, Abraham-Louis Breguet, fut l’un des artisans les plus ingénieux du XVIIIe siècle. Il est à l’origine de mécanismes majeurs et de multiples inventions qui ont révolutionné la mesure du temps. On lui doit, entre autres, la montre automatique perpétuelle, le tourbillon, l’échappement à ancre et l’ancêtre de tous les dispositifs antichocs actuels destinés à protéger le cœur battant des mouvements.

Mais Abraham-Louis -Breguet n’a pas seulement imaginé les garde-temps les plus compliqués de son époque, il les a aussi livrés à de grandes figures de l’Histoire. Citoyen suisse, il s’était installé à Paris pour mener une brillante carrière. Les archives de la maison, précieusement conservées au musée Breguet de la place Vendôme, égrènent les noms de ses clients : Louis XVI, la reine Marie–Antoinette, l’empereur Napoléon Bonaparte, l’impératrice Joséphine et une pléthore de hauts dignitaires, maréchaux, généraux et proches de la famille impériale.

Un nom apparaît en tête du palmarès des meilleurs clients de Breguet : Caroline Murat, jeune et jolie sœur de Napoléon Ier. Cette amoureuse compulsive de la haute horlogerie débuta ses achats en 1805, à l’âge de 23 ans, et les poursuivit à un rythme soutenu jusqu’en 1814 : au total, 34 montres et pendules ! Fait peu connu, la belle Caroline aurait pu régner sur un peuple d’horlogers si elle avait accepté la principauté de Neuchâtel que son frère lui proposa en 1806.

 

Reine de Naples 8938, le règne absolu des diamants : 384 sertis neige sur le cadran numéroté, 161 sur la lunette, le rehaut et l’attache ronde, 28 sur la boucle du bracelet. La carrure d’or rose s’éclaire d’une couronne à diamant briolette. ©Breguet

Jugeant le territoire trop petit, l’ambitieuse déclina l’offre et préféra devenir reine de Naples deux ans plus tard. Durant son règne, la jeune femme encouragea les arts, se passionna pour la décoration de ses palais et fit connaître en Italie les créateurs de mode parisiens. Elle trouva, bien sûr, le temps d’adresser de nouvelles commandes à Breguet, dont la première montre-bracelet connue au monde. Il s’agissait d’une pièce de forme oblongue et d’une extrême finesse, dotée d’un bracelet en cheveux et fils d’or. La fabrication dura deux ans afin d’y intégrer une sonnerie, une phase de lune et même un thermomètre.

Les archives mentionnent l’expédition de la montre à Naples en 1812 et des réparations à Paris en 1849 et 1855. Ensuite, plus aucune trace : la pièce disparaît mystérieusement. Aujourd’hui, ce trésor horloger reste introuvable. Breguet a néanmoins réussi à créer une collection Reine de Naples à son image, en s’inspirant de descriptions historiques. De nouveaux raffinements viennent régulièrement souligner la douceur de l’ovale ressuscité, finement cannelé.

Pour la première fois, la technique exigeante de l’émail Grand Feu confère son grain unique à un cadran d’un blanc pur et lumineux. La lumière, par la grâce d’un délicat serti neige, irradie aussi sur le cadran de la Reine de Naples 8938. Contrairement au sertissage traditionnel, cette technique incruste des diamants de tailles différentes afin qu’ils recouvrent l’or comme les flocons sur le sol. Il en résulte une brillance inégalée.

L’esthétique raffinée, chez Breguet, va toujours de pair avec le savoir-faire horloger. Les nouveaux modèles Reine de Naples s’animent d’un calibre manufacture à remontage automatique : échappement à ancre suisse, spiral en silicium, balancier Breguet. -Abraham-Louis aurait approuvé !

 

Reine de Naples 8919 en or blanc. L’éclat des diamants y surligne le grain inaltérable de l’émail Grand Feu. Un diamant poire interrompt la ronde des chiffres stylisés sur le cadran blanc immaculé. Un diamant briolette chapeaute également la couronne décentrée. Boucle déployante sertie elle aussi de diamants. ©Breguet

INFOS
www.breguet.com

En vente chez Yvan’s Jewellers, 12-18 galerie de la Reine à 1000 Bruxelles – 02 512 18 18

 

CIM Internet