Paris Match Belgique

Girard-Perregaux : un octogone qui se reconnait au premier regard

Attrait visuel maximum pour la Laureato Absolute Ti 230 : design fort, détails somptueux, profondeur du cadran bleu ou gris construit en sandwich, bracelet caoutchouc infusé de titane.  | © Girard-Perregaux

Montres

La Laureato est un joyau d’élégance sportive et de fonctionnalité depuis sa création en 1975.


On la classe, à raison, parmi les icônes de l’horlogerie contemporaine. Silhouette octogonale, bracelet intégré au boîtier pour plus de confort, cadran quadrillé motif clous de Paris : la Laureato a révolutionné les années 1970. Aujourd’hui encore, elle se reconnaît d’un seul regard et continue à se distinguer des émules qui lui ont fait suite. Seventies obligent, Girard-Perregaux l’avait équipée d’un mouvement quartz plat et ultraprécis. C’était, à l’époque, une prouesse technique que la marque ne renie pas… et cela malgré son statut d’authentique manufacture de haute horlogerie, conservé depuis deux siècles.

Si elle est l’une des plus anciennes de Suisse, elle est aussi l’une des plus avant-gardistes. Une centaine de brevets enregistrés, de nombreux prix et distinctions jalonnent son histoire. Parmi ses créations d’exception figurent la légendaire Tourbillon sous Trois Ponts d’or et, bien sûr, la Laureato. Sans tourner le dos à son héritage, l’entreprise est ouverte aux nouvelles technologies et aux matériaux de pointe. En 2019, la manufacture lançait la Laureato Absolute, une version plus architecturale et plus sportive. Son design audacieux revendique des caractéristiques sans compromis forgées dans l’acier, le titane ultraléger ou encore l’or rose.

44 mm, calibre automatique manufacture, 230 exemplaires, 9 400 euros.©Girard-Perregaux

C’est justement une Laureato Absolute en titane qui a été choisie en 2021 pour célébrer le 230e anniversaire de Girard-Perregaux. La naissance de la maison horlogère remonte à 1791 : cette année-là, son fondateur, Jean-François Bautte, âgé de 19 ans, fabrique sa première montre de poche. 1791 fut une année tout à fait remarquable pour une autre raison : la découverte du titane. On la doit à un ecclésiastique anglais, William Gregor.

En parcourant le comté sauvage des Cornouailles, celui-ci remarqua un sable noir appelé manaccanite. Après l’avoir analysé, il y trouva des oxydes de fer, mais aussi un métal inconnu. Ce métal sera ensuite identifié comme du titane, un élément au nom inspiré par les Titans, enfants d’Ouranos (divinité du ciel) et de Gaïa (divinité de la terre) dans la mythologie grecque.

La Laureato Absolute Ti 230 réunit ainsi les deux destins de Girard-Perregaux et William Gregor. Pour cette montre moderne et riche en caractère, la manufacture a préféré utiliser du titane grade 5, particulièrement robuste, résistant à la corrosion et hypoallergénique. Son autre avantage est de pouvoir être poli. Résultat, le boîtier de 44 mm est à la fois légèrement sablé et doté de facettes brillantes. Réussir à combiner les deux finitions résulte d’une technologie complexe.

Distillé en courbes et lignes, cet art du contraste n’est pas l’unique défi du modèle : Girard-Perregaux y ajoute la construction en sandwich du cadran. Une conception à deux niveaux, où des ouvertures forment des index luminescents en creux. Fidèle à la tradition de la Laureato, le bracelet est intégré. Différence majeure : il est fabriqué en Rubber Alloy GP, un caoutchouc plus souple et plus résistant que le caoutchouc conventionnel et… injecté de titane. Une première mondiale !

La Laureato de 1975 a donné naissance à une famille complète de modèles automatiques. Leur élégance sportive et raffinée offre un éventail de matières et de diamètres. Voici la Laureato 42 mm en acier, cadran argenté. ©Girard-Perregaux

INFOS
Joaillerie Manalys
11 boulevard de Waterloo, 1050 Bruxelles
02 512 61 18 – girard-perregaux.com

Charme universel

Exclusive

CIM Internet