Paris Match Belgique

Grand Seiko : Shogun horloger

Dotée d’un poli miroir grâce à la technique « zaratsu », la Springdrive SLGA009 en acier affiche sa performance – 5 jours de réserve de marche – sur un cadran délicat qui évoque l’écorce des bouleaux blancs japonais. 40 mm, remontage automatique. | © Seiko

Montres

La marque japonaise de luxe qui incarne la culture nippone séduit de plus en plus les amateurs de fine horlogerie.

 

Seiko, tout le monde connaît. Grand Seiko, vous dites ? Il est compréhensible de ne pas réagir au quart de seconde. Jusqu’en 2010, cette marque était strictement réservée au pays du Soleil levant. Son histoire est d’ailleurs intimement liée à celle de -l’horlogerie au Japon. Les premières manufactures y ont vu le jour au cours du XIXe siècle et parmi elles -Seikosha, devenue plus tard Seiko.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la fabrication d’instruments de précision constituait une industrie clé de l’économie japonaise. Lorsque le pays décida de libéraliser l’importation des montres suisses, Seiko se mit au défi de les dépasser en qualité. Durant une dizaine d’années, l’entreprise se consacra sans relâche à multiplier inventions et systèmes brevetés.

Fin, robuste, puissant : le calibre Springdrive allie la force mécanique et la précision d’un nouveau circuit intégré avec oscillateur à quartz. Il accueille aussi l’indicateur de réserve de marche. ©Seiko

L’aboutissement des technologies développées fut le garde-temps Grand Seiko, commercialisé en 1960 et prélude à la marque du même nom, destinée à une riche clientèle japonaise férue de traditions. Seikosha (la maison de la précision, en français) ne partira à la conquête du marché international qu’en 2010. « Sa montée en puissance n’est pas nouvelle pour les amateurs éclairés. En revanche, elle est plus étonnante pour le grand public », concède Frédéric Bondoux, président de la filiale Europe.

Pour cet ancien homme fort du Swatch Group, l’excellence Grand Seiko donne des lettres de noblesse au « made in Japan ». L’actualité récente de la marque le confirme : le 4 novembre dernier, le Grand Prix d’horlogerie de Genève a décerné le prix de la Montre homme 2021 à la Grand Seiko Hi-Beat 36000 80 Hours. Une belle reconnaissance pour un savoir-faire capable d’allier la précision d’un nouveau calibre manufacture jugé révolutionnaire (+5 à -3 secondes par jour) et la sobriété de l’esthétique traditionnelle japonaise.

La nouvelle Hi-Beat GMT en titane célèbre les 55 ans de simplicité du « Grand Seiko style ». Le titane rendu étincelant abrite un mouvement d’exception : 36 000 pulsations par heure, précision de +5 à -3 secondes par jour, réserve de marche de 55 heures. 40 mm, édition limitée à 1 200 exemplaires, 8 500 euros. ©Seiko

Depuis l’ouverture de la boutique Grand Seiko place Vendôme à Paris, les nouveautés se succèdent à un rythme soutenu. Ce mois-ci, c’est une Hi-Beat GMT en titane s’inspirant de la première montre à avoir incarné le « Grand Seiko style » en 1967. Un langage stylistique signature axé sur la simplicité, la beauté, la praticité. L’éclat du métal étant aussi une caractéristique typique de Grand Seiko, le titane rayonne grâce au polissage « zaratsu ».

L’utilisation subtile de la lumière et des reflets (très appréciée dans l’art traditionnel japonais) est également l’un des atouts d’une seconde nouveauté : la Springdrive SLGA009. La texture complexe du cadran évoque les forêts de bouleaux blancs proches de Shinshu, où sont élaborées toutes les montres Grand Seiko. Sur le cadran délicat, les aiguilles glissent en douceur, semblant se rapprocher de l’écoulement naturel du temps.

Ce cheminement fluide résulte de l’originalité de tous les mouvements mécaniques Springdrive depuis leur invention en 1982 : un oscillateur à quartz. Plus fin et repensé, le calibre de la Springdrive SLGA009 bénéficie d’un nouveau circuit intégré avec capteur de température, pour toujours plus de précision. Le mécanisme automatique fournit, lui, cinq jours de réserve de marche. Enfin, la technicité horlogère et l’esprit « takumi » (artisan, habile) Grand Seiko pouvant paraître encore mystérieux, la marque japonaise a créé le GS9 Club, une plate-forme d’informations en ligne destinée aux propriétaires de ses montres.

Dévoilé au dos de la montre, le mouvement automatique s’embellit d’une masse oscillante dorée en titane où apparaît l’emblème du lion Grand Seiko. ©Seiko

INFOS
www.grand-seiko.com

 

CIM Internet