Paris Match Belgique

Le plus jeune guillocheur du monde est belge

Un duo parfaitement orchestré entre Bernie et l’une de ses machines à guillocher, qu’il a lui-même restaurée grâce à sa compréhension de la mécanique acquise en horlogerie. | © DR

Montres

L’as du guillochage à 23 ans. Il s’agit du Belge Bernard Van Ormelingen.


Quoi de plus élégant qu’un cadran guilloché ? Les garde-temps de haute horlogerie sont les plus enclins à bénéficier de cette mise en beauté, qui consiste à décorer la matière de motifs formés de multiples sillons. Point aussi délicat que la technique : c’est un savoir-faire traditionnel devenu rare. On compte à peine aujourd’hui quinze guillocheurs en activité. La plupart œuvrent au sein même des manufactures horlogères.

Deux demeurent indépendants, dont le jeune Bernard Van Ormelingen, installé près de Dinant. La valeur n’attendant pas le nombre des années, notre compatriote a récemment créé sa propre marque, Bernies Watches, et lancé une première collection de montres, toutes parées d’un délicat cadran en argent guilloché : Artis Arti.

Traduction : métier d’art, ou art de la technique. « Je veux mettre en avant l’artisanat », explique celui qui est tombé amoureux de l’horlogerie dès son enfance : sa mère avait pris l’habitude de chiner dans les brocantes des montres gousset pour en faire des éléments décoratifs ! Ce pur hasard esthétique a donc décidé de son avenir. Durant trois ans, l’intrépide Bernie (surnom donné par son grand-père) suivra les cours d’horlogerie de l’IATA à Namur et, en parallèle, une formation chez le maître graveur Alain Lovenberg. « Dans un coin de son atelier à Durbuy, j’avais remarqué un engin qui semblait n’intéresser personne : une machine à guillocher. Dès lors, j’ai consacré mon apprentissage à cette technique. »

La longueur des aiguilles suit les proportions d’un ancien traité d’horlogerie du XIXe siècle. Pour faciliter la lecture, leur passage ne couvre que la moitié des index des heures et des doubles points égrenant les minutes. Poésie secrète ©DR

Les bases sitôt acquises, le jeune horloger se perfectionne rapidement afin d’ouvrir à son tour un atelier. Pour se faire connaître, il publie ses réalisations sur Instagram, et les commandes arrivent : « Des particuliers désireux de faire personnaliser leur montre, des collectionneurs, des commerces d’horlogerie et des marques qui m’envoient des séries de cadrans à guillocher. » Son stage de fin d’études chez Jaeger-LeCoultre, dans la vallée du Joux, sera le coup de pouce décisif : le jeune horloger y améliore sa pratique en gravant les cadrans de nacre des féminissimes garde-temps Rendez-Vous.

À voir le large sourire de Bernie, tout semble facile, mais il l’avoue : s’équiper fut un vrai parcours du combattant. « Les machines traditionnelles nécessaires datent des années 1900 à 1930, et beaucoup ont été détruites pendant la guerre 1940-1945 pour récupérer l’acier. J’ai dû écumer les sites de vente d’outillage mécanique en Europe et en dehors avant de trouver les miennes ! »

 

Raffinement invisible : blanc ou noir, chaque cadran de l’Artis Arti Phase de Lune cache sous sa surface une citation d’un auteur ou philosophe en relation avec l’astre lunaire. Belle à observer : la lune du disque, réalisée à la main. Acier, 39 mm, réserve de marche de 38 heures. ©DR

Ne lui parlez surtout pas des engins actuels à commande numérique : le résultat observé à la loupe, estime-t-il, est moins net et moins brillant qu’avec le burin des ancestrales guillocheuses mécaniques. Mais son travail consiste aussi à décorer le mouvement, un calibre automatique Sellita qui se prête bien au jeu des personnalisations. Le jeune horloger le démonte, grave les ponts et remplace la masse oscillante par une autre, plus belle et usinée dans son atelier.

Un tel soin accordé aux détails et finitions a convaincu la très renommée maison De Greef, à Bruxelles et à Knokke. Elle vient d’inclure Bernies Watches à son portefeuille de marques horlogères haut de gamme.

 

Le guillochage « Spirale du temps » attise l’éclat du cadran en argent blanchi de l’Artis Arti acier. Disponible aussi avec cadran en argent rhodié noir et boîte or jaune 18 carats. 39 mm, verre saphir bombé, fond transparent, réserve de marche de 38 heures, 6 500 euros. ©DR

INFOS
www.bernies-watches.com
En vente chez De Greef Bruxelles, 24/28 rue au Beurre (02 511 95 98) et à Knokke-Heist, 179 Kustlaan 
(050 33 19 02)

 

CIM Internet