Paris Match Belgique

Pequignet : « Excellence horlogère au prix juste et savoir-faire français »

Diamètre de 39 mm, cadran d’une sobriété absolue, aiguilles racées, chiffres romains ou index effilés : pas besoin d’en faire trop pour les montres de la ligne Attitude Acier. De gauche à droite, les trois versions actuelles sont parées de l’éclat de cadrans soleillés blanc, argenté ou gris anthracite. 2 500 euros avec bracelet en cuir de veau, 2 700 euros avec bracelet en alligator. | © pequignet

Montres

La fleur de lys pour emblème, un style classique fait d’harmonie et un nouveau mouvement « made in France ».


Pour entrer dans l’univers des montres de manufacture, il existe un chemin auquel les amateurs de belles mécaniques ne pensent pas a priori. Direction Morteau, un endroit du Haut-Doubs qui ne devrait pas être uniquement célèbre pour sa saucisse ! Cette zone frontalière de la Suisse est, en effet, le berceau historique de l’horlogerie française, autrefois florissante. Si la crise du quartz fit fermer de nombreuses entreprises locales, une autre décida de s’y installer en 1973 : Pequignet.

D’abord familiale, la maison a continué à cultiver farouchement son indépendance malgré plusieurs changements de direction. Reprise en 2017 par quatre de ses ex-cadres, elle ne se contente pas de créer des garde-temps esthétiques à prix raisonnable. En 2011, ses ateliers et son laboratoire interne, animé par des ingénieurs horlogers émérites, lui avaient déjà permis de développer un calibre manufacture. Baptisé Calibre Royal, celui-ci motorise des modèles haut de gamme aux affichages sophistiqués : double grande date, phases de lune, réserve de marche, petite seconde.

En 2021, Pequignet a réitéré le défi de concevoir un mouvement maison allant, cette fois, à l’essentiel : l’indication des heures, minutes et secondes. Inauguré l’an dernier au sein d’une pièce d’exception en or limitée à cent exemplaires, le Calibre Initial tictaque à présent au cœur de la ligne Attitude Acier, financièrement plus accessible de 2 500 à 2 700 euros.

 

Nom de code : EPM 03. Le Calibre Initial offre, malgré sa finesse, un disque affichant une grande date à 3 heures, un remontage dans les deux sens et une généreuse réserve de marche de 65 heures. Côté pile, le fond vissé ouvert sur le mouvement dévoile le panache de la masse oscillante ajourée, colimaçonnée et décorée d’une fleur de lys en relief. ©Pequignet

Techniquement, il n’a rien perdu au passage et offre toujours un remontage automatique dans les deux sens, une masse oscillante ajourée décorée d’une fleur de lys, un système breveté de saut de date instantané ainsi qu’une confortable réserve de marche de 65 heures dite « week-end proof », ce qui veut dire qu’on peut ôter sa montre le vendredi soir et la reprendre le lundi matin en état de marche. Largement tricolore avec près de 80 % de composants français, ce mouvement de 200 éléments s’avère être aussi un assemblage de valeurs, estime Dani Royer, président de Pequignet.

« C’est l’excellence horlogère au prix juste et le savoir-faire français au service des passionnés. Refusant de faire une copie d’un mouvement suisse, nous sommes partis d’une page blanche. Cela nous a demandé plus de deux ans d’efforts, de recherches et développement pour ce projet gigantesque à notre niveau. Nous ne pouvons pas concurrencer les géants suisses producteurs de mouvements comme ETA, Sellita ou Soprod, mais nous désirons néanmoins offrir une alternative qualitative. »

De là, à générer une renaissance de l’horlogerie française ou, du moins, une nouvelle dynamique, pourquoi pas ? L’arrivée de ce mouvement pourrait bénéficier aux marques tentées de se fournir auprès de Pequignet. En attendant, le Calibre Initial entame sa future carrière en rythmant la précision de l’Attitude Acier : une montre urbaine et contemporaine, classique et allurée, sans tapage mais pleinement chronométrée par l’ADN maison où la qualité, le soin apporté aux détails et l’artisanat s’allient à une élégance sans faille. Il est bon de rappeler que Pequignet a été labellisée « Entreprise du patrimoine vivant » par l’État français en 2014.

INFOS
www.pequignet.com

 

CIM Internet