Paris Match Belgique

Breitling : brillante chronomat

Breitling a ouvert à Anvers sa première boutique belge. « Oubliez toutes les idées que vous vous faites d’une boutique de montres de luxe », prévient le PDG George Kern. Les bars à montres et les lounges invitent à y découvrir la collection complète dans un environnement détendu. | © Breitling

Montres

L’horloger suisse offre à ce best-seller de nouvelles mensurations, un second fuseau horaire et des étincelles d’audace.


Par Catherine Malaise

Le bracelet métallique Rouleaux de la Chronomat en a fait l’un des garde-temps les plus « eye-catching » de la marque. C’est vrai qu’elle accroche le regard depuis sa renaissance en 2020, en tant que montre sportive polyvalente dotée d’un net coefficient de glamour. Deux lancements, prévus ce 20 octobre, prouvent que la belle d’acier souhaite s’adapter à tous les poignets. La nouvelle Chronomat GMT 40 (mm) et la Super Chronomat Automatic 38 (mm) réduisent ainsi l’écart de taille dans une gamme où de robustes chronographes de 44 mm côtoient d’élégants et fins modèles trois-aiguilles de 32 mm.

La famille Chronomat s’agrandit pour assumer sa mission d’être « une montre pour toutes les activités », comme la présente Breitling. Une polyvalence qui remonte au début des années 1980, juste après ce qu’on a appelé la crise du quartz des années 1970. L’horlogerie mécanique traditionnelle avait alors été bouleversée par la commercialisation massive des mouvements à quartz, précis et bon marché. Une catégorie de clients demeura néanmoins fidèle aux chronographes à remontage automatique de la maison : les aviateurs.

Lire aussi >Erling Haaland nouvel ambassadeur des montres Breitling

 

Le néo-luxe de la Super Chronomat Automatic 38 : diamants de synthèse surdimensionnés, lunette acier ou or rouge 18 carats, bracelet en métal poli, en caoutchouc ou en cuir d’alligator. Calibre Breitling 17 certifié COSC, réserve de marche d’environ 38 heures, étanchéité 100 mètres. ©Breitling

En 1983, l’équipe nationale italienne de voltige aérienne, les Frecce Tricolori, s’adresse à la marque pour commander une montre personnalisée destinée à ses membres. Le projet stipulait que celle-ci devait être suffisamment robuste pour le cockpit et assez élégante pour être portée en dehors du service. La montre spécialement créée atteignit cet objectif, tout en y ajoutant les éléments qui allaient devenir ses signes particuliers : d’une part, quatre cavaliers surélevés aux repères des quinze minutes afin de protéger le verre, et de l’autre, le fameux bracelet Rouleaux en acier, conçu pour être confortable et durable.

Ce modèle fit tellement sensation qu’un an plus tard, sa vie civile débuta sous le nom de Chronomat. Avec le recul, son lancement public fut un moment décisif pour l’horlogerie suisse : il annonçait la fin de la crise du quartz et le retour du garde-temps mécanique.

Aujourd’hui, la Chronomat assume ce statut avec décontraction. Pour preuve, le design simplifié de la nouvelle Chronomat Automatic GMT 40, où une graduation 24 heures permet de visualiser un second fuseau horaire et de savoir immédiatement s’il y fait jour ou nuit.

La complication favorite des voyageurs se lit sur un cadran dont les couleurs élégantes conviennent à toutes les tenues, même de soirée : noir, bleu, vert, anthracite ou blanc. Typique de la collection, la couronne « oignon », en forme de dôme cannelé, assure une prise en main facile. Quant à la Super Chronomat Automatic 38, elle est visiblement conçue pour marquer les esprits et séduire les plus audacieux.

 

Taille pratique et style discret : la Chronomat Automatic GMT 40 peut accompagner voyages, séances de sport et tenues de soirée. Calibre automatique Breitling 32 certifié chronomètre par le COSC, réserve de marche d’environ 42 heures, étanchéité 200 mètres. ©Breitling

Initialement, une « Super » se distingue des autres modèles Chronomat par ses cavaliers et sa couronne en céramique. Dans la nouvelle version Automatic 38, les tons lumineux du cadran (argent, vert menthe ou bleu glacier) rayonnent encore davantage grâce aux diamants surdimensionnés sertis sur la lunette. Il s’agit de pierres de synthèse, mais de -qualité et évaluées pour leur durabilité, selon la norme SCS-007. Un choix qui se veut -responsable : d’ici 2025, Breitling n’utilisera plus que des diamants de laboratoire, non prélevés dans la nature, et de l’or -artisanal.

INFOS
www.breitling.com
Boutique Breitling, 2 Leopoldstraat, 2000 Antwerpen
03 231 98 97

 

CIM Internet