Paris Match Belgique

Frederique Constant : Démocratiquement vôtre

Classics Carrée Automatic : une ode moderne à l’élégance masculine des années 1920. Le cadran bleu au délicat motif guilloché s’anime d’aiguilles dauphines, de fins index bâtons appliqués et d’un discret guichet date à 6 heures. Le tout remet à l’heure le minimalisme du mouvement Art déco. | © DR

Montres

La manufacture a vu le jour en 1988 pour proposer de belles mécaniques à prix abordable.

 

Elle était le rêve d’un couple d’entrepreneurs indépendants, Aletta et Peter Stas. Ces Néerlandais installés en Suisse y ont importé une caractéristique qu’on attribue volontiers à leur pays natal : la volonté de ne pas trop dépenser. Leur objectif de démocratiser le luxe horloger « Swiss made » a fini par engendrer une manufacture de 6 200 m², installée à Plan-les-Ouates.

Les montres Frederique Constant sont entièrement fabriquées dans cette commune de Genève où, il y a moins de trente ans, les champs occupaient tout l’espace. Le lieu champêtre s’est progressivement transformé en pôle horloger avec l’arrivée des manufactures de haute horlogerie : Rolex, Patek Philippe, Piaget, Vacheron Constantin et Harry Winston y ont fait construire d’impressionnants paquebots ou de gigantesques monolithes de verre et d’acier pour abriter leur production. Surnommé « Plan-les-Watches », le site est devenu célèbre dans le monde entier.

Lire aussi >Frederique Constant : Virage mécanique

 

 La plus sobre : la version acier allie son éclat à un bracelet en cuir de veau noir, 995 euros. ©DR

La marque Frederique Constant n’a pas à rougir face à ses prestigieuses voisines : à ce jour, elle a conçu trente calibres manufacture, notamment des hautes complications comme le tourbillon, le calendrier perpétuel ou le chronographe flyback. Son expertise de la mesure du temps lui a même permis de condenser, en une seule pièce de silicium, les 26 composants d’un élément vital des mouvements mécaniques : l’échappement. Autre fait d’armes en 2018 : avoir réussi à combiner un mouvement mécanique manufacture avec des fonctionnalités connectées.

Concilier le savoir-faire horloger, le style et les tarifs accessibles est aussi un exploit. Le plus récent : les nouvelles déclinaisons de la Classics Carrée Automatic. Très épurées, en acier ou or rose plaqué, elles affûtent la géométrie de la collection à l’aune du classicisme des années 1920. Côté face, leur cadran est en effet plus proche des canons esthétiques de l’Art déco.

Exit les larges chiffres romains, désormais remplacés par de simples index bâtons appliqués. Ils sont effleurés par des aiguilles dauphines typiques de l’époque, tout comme la minuterie « chemin de fer » et les fines rainures guillochées dessinant un rectangle. L’ensemble permet une parfaite lecture de l’heure et se règle grâce à une couronne à l’ancienne, de type oignon. Côté pile, le fond saphir dévoile un calibre maison qui délivre 38 heures de réserve de marche.

 

Lancée uniquement en Belgique, en France et au Luxembourg : la Highlife Vintage Automatic COSC se distingue par des affichages sable luminescents rétro et un diamètre inédit de 39 mm. Acier, bracelets intégrés interchangeables en acier ou nubuck noir, date, 38 heures de réserve de marche, 1 895 euros. ©DR

Du rétro encore avec la Highlife Vintage, créée en exclusivité pour la Belgique, le Luxembourg et la France. Celle-ci personnalise l’allure sport chic de la collection Highlife dans un esprit plus fifties : les aiguilles et index sont parées d’un revêtement sable « luminescent old radium », et le diamètre du boîtier de forme tonneau a été réduit à 39 mm.

Les amateurs de confort apprécieront le système rapide de changement des bracelets en acier ou en nubuck. Grâce à l’absence de cornes, ils prolongent avec fluidité les lignes du boîtier. Les puristes de l’ultraprécision applaudiront, quant à eux, la certification chronomètre de la Highlife Vintage. Le Contrôle officiel suisse des chronomètres (COSC) la délivre uniquement aux montres capables de donner une heure juste, précise et régulière, dans les strictes limites de tolérance d’une norme ISO.

INFOS
www.frederique-constant.com

 

 

CIM Internet