Paris Match Belgique

Montres : Cartier, isn’t it ?

À sa façon, la Pebble-Shaped Watch répond aux principes créatifs institués par Louis Cartier. | © DR

Montres

Pour les amateurs de ses montres les plus rares, Cartier réédite en série limitée la très british Pebble-Shaped Watch.


Les collectionneurs recherchent avant tout des créations nées d’une vision singulière. Chez Cartier, ils sont évidemment à la bonne adresse. Une montre Cartier résulte d’une démarche esthétique, d’une recherche sur le volume et l’originalité de ses formes, issues du patrimoine de la maison. Pour ces irréductibles amateurs de beauté horlogère, Cartier réédite régulièrement, mais avec une parcimonie étudiée, des modèles particulièrement recherchés et proposés dans des versions au plus proche de leur configuration originale.

En 2021, ce fut le cas avec la Pasha Calendrier Perpétuel (100 exemplaires) et l’édition anniversaire des 100 ans de la Tank Cintrée (150 exemplaires). À chaque réédition, la démarche consiste à mettre en lumière des créations devenues des jalons de la mesure du temps selon Cartier. En 2022, le jubilé d’une montre atypique, la Pebble-Shaped Watch, est l’occasion de rendre hommage à sa singularité. Son design en forme de galet a vu le jour au début des années 1970, en plein « Swinging London ».

 

La Crash inspire les métiers d’art Cartier : son esthétique chaotique s’habille d’émail et de 242 diamants pour évoquer la faune africaine, chère au grand joaillier. Or jaune, calibre manufacture à remontage manuel, 50 exemplaires numérotés. ©Cartier

La capitale anglaise vit alors une effervescence créative sans précédent qui finit par envahir la maison Cartier. La désirabilité de cette montre, produite à quelques exemplaires, n’a cessé de croître auprès des collectionneurs. En 2022, elle revient dans une version fort proche de l’originale. D’apparence sage et néanmoins étonnante, son esthétique orchestre la rencontre du rond (le boîtier) et du carré (le cadran). D’infimes subtilités de proportions lui permettent de se distinguer de la pièce de 1972 et d’abriter le plus plat des mouvements Cartier manufacture à remontage manuel.

À sa façon, la Pebble-Shaped Watch répond aux principes créatifs institués par Louis Cartier, inventeur de la montre–bracelet moderne en 1904 : pureté des lignes, précision de la forme, harmonie des proportions, attention consacrée aux détails. Les connaisseurs peuvent être rassurés, ce galet édité en 150 exemplaires numérotés confirme son appartenance à l’horlogerie Cartier : boîtier en or 18 carats, chiffres romains, cadran « coquille d’œuf », aiguilles glaives bleuies.

La boucle ardillon en or du bracelet y ajoute une ultime touche vintage. La Pebble-Shaped Watch ne fut pas la seule héroïne des transgressions pop des années 1970 chez Cartier. Les idées les plus folles de l’époque ont aussi engendré la Maxi Oval en 1969, la Double Strap en 1970 ou encore la Crash, dont le cadran déformé inspire des séries ultraconfidentielles depuis 1967.

Lire aussi >Cartier : le règne de la panthère

 

La Pebble-Shaped Watch, une montre née en plein « Swinging London ». En or jaune 18 carats, elle est animée d’un calibre manufacture à remontage manuel. Série limitée à 150 exemplaires numérotés. ©Cartier

La plus récente est une édition haute joaillerie qui exploite ses contours organiques et nerveux pour suggérer une présence animale. Tigre, crocodile, coquillage ou serpent, chacun peut interpréter la nature des rayures d’émail et de diamants sur le cadran asymétrique. L’origine de la Crash fut rocambolesque : en 1967, un client apporta sa montre accidentée à la boutique Cartier de Londres. Au lieu de faire pitié, l’éclopée confiée pour réparation verra son boîtier déformé reproduit tel quel !INFOS
Boutique Cartier
54 boulevard de Waterloo, 1000 Bruxelles
02 537 51 61 – cartier.com

 

CIM Internet