Paris Match Belgique

L’animal règne en maître dans le bestiaire imaginaire de Boucheron

Rugir de plaisir | © DR

Montres et bijoux

Depuis sa création en 1858, la maison Boucheron n’a de cesse d’enrichir sa collection d’animaux fabuleux, pour le plus grand plaisir des initiées qui chassent ces trophées. Plus de vingt espèces composent aujourd’hui le bestiaire de Boucheron, safari féérique aux pièces dotées chacune d’une symbolique unique. Gros plan sur une faune à rugir de plaisir. 

Quand Boucheron crée son bestiaire, c’est un véritable jardin d’Eden qui prend forme dans la pierre, sans discrimination de taille, le délicat colibri côtoyant l’éléphant serti. Le credo de la maison : plus que de simples bijoux, les animaux scintillants font office de talismans. Qu’elles se retrouvent dans la nature ou qu’elles soient mythologiques, chacune des créatures sublimées par Boucheron a sa part d’insolite. Et d’affectif : chaque animal porte ainsi un prénom choisi avec soin par Boucheron, de Nuri, le cacatoès, qui désigne la beauté en indonésien, à Héra, le paon, prénommé en l’honneur de la déesse grecque éponyme qui apposa des yeux sur ses plumes.

Lire aussi > En coulisses de Cannes, 5 secrets surprenants du Festival

DR

Icône piquante

Au poignet, on arbore Hans, le hérisson protecteur aux yeux sertis de saphirs ou de rubis. Réputé pour éloigner la mauvaise fortune en Egypte ancienne, le hérisson peut aussi, selon une tradition tsigane, immuniser l’homme contre la foudre et le danger.  Ses épines, sculptées par Boucheron dans de l’or blanc, jaune ou rose, savent, quant à elles, défendre les femmes qui le choisissent comme compagnon. Les bagues Chinha mettent elles l’aigle à l’honneur, animal totem de la ville de Jodhpur, chère à la Maison Boucheron. De ses sommets, il contemple impunément le soleil et se pose sur la main des précieuses pour les protéger de ses serres.

DR

Talismans précieux

Et si certains animaux du bestiaire n’existent que dans les contes et les rêves, à l’image de Pégase, le cheval ailé, pour le commun des mortelles, s’offrir un des talismans de la maison de joaillerie reste un rêve inaccessible. Qu’importe : on se laisse aller à la fantaisie, et on fantasme sur la pureté de l’aigue-marine majestueuse qui orne la bague Arctique, ou sur les détails minutieux et exquis de l’éléphant Hathi. Car le rêve est peut-être inaccessible en joaillerie, dans la vie, c’est gratuit.

DR
CIM Internet