Paris Match Belgique

Le « gatsbying », ou l’art de la séduction 2.0 à base de frime

| © « Gatbsy le magnifique » / Baz Luhrmann / Warner Bros.

Psycho et sexo

La mannequin australienne Matilda Dods a dénommé ce que beaucoup pratiquaient déjà sur les réseaux sociaux : enjoliver son quotidien de façon à le (se) rendre plus « attractif ». Le « gatsbying » est né.

Après le « ghosting » [ne plus donner de nouvelles à son flirt du moment sans prévenir], le « breadcrumbing » [garder quelqu’un sous le coude en attendant de trouver mieux] et le « orbiting » (rompre tout en continuant à suivre l’être désiré sur les réseaux sociaux), voilà que le « gatsbying » est le nouveau mot à ajouter à notre vocabulaire de l’amour.

Lire aussi > Tinder va lancer “Places”, pour croiser votre âme soeur dans vos endroits préférés

Concrètement, le gatsbying consiste à « non pas acheter un château et d’y organiser la soirée la plus folle, mais à poster une photo ou une vidéo sur Instagram, spécialement pour attirer la personne qui nous plaît », nous apprend le New York Post. Forcément, il s’agira d’y apparaître de la façon la plus flatteuse qu’il soit (beau, jeune, riche, drôle) afin de voir apparaître la (très attendue) notification de la personne convoitée.

La technologie au service de la timidité

« Pourquoi au lieu d’envoyer un texto au mec qui me plaît, faut-il que je poste une photo d’une soirée au champagne, éclairée au chandelier avec du charleston ? », se demande le mannequin australien Matilda Dods, la première à avoir évoqué le phénomène, dans un post publié sur le site du magazine TomBoy.

Elle y détaille un mode d’emploi, dans lequel certains se reconnaîtront sûrement : « Vous êtes en soirée avec des amis, un verre de vin à la main, en train de rire. Votre rouge à lèvres est appliqué avec soin, vos cheveux tombent parfaitement. Sortez votre téléphone et montrez combien vous êtes fun et mignon-ne. [Ajoutez à la Story]. »

Toucher l’être qu’on désire

Le « gatsbying » n’est pas sans rappeler la pratique du « thirst trap », qui consiste à poster sur les réseaux un cliché de soi largement dénudé.e, afin d’attirer l’attention. Disons que cette nouvelle forme de dating est un peu moins m’as-tu-vu au premier abord, et aide avant tout à vous attirer les faveurs d’une personne en particulier plutôt que d’une communauté toute entière.

Lire aussi > Pourquoi Instagram redevient le paradis des « stalkers »

Avec succès ? Plutôt oui, à en croire Matilda Dods. Qui ne peut tout de même pas s’empêcher de s’interroger sur l’importance des moyens déployés pour séduire : « Pourquoi, au lieu d’envoyer un sms à un garçon que j’apprécie, je me sens obligée de poster l’équivalent d’une soirée grandiose sur ma story Instagram ? […] Tout ça pour attirer l’attention d’un garçon, qui, soyons honnête, n’est probablement pas assez bien pour moi ? ».

CIM Internet