Paris Match Belgique

Pourquoi idéalise-t-on les seins ronds ?

Charles Deluvio

La faute à la reproduction (dans tous les sens du terme) | © Charles Deluvio / Unsplash

Psycho et sexo

Dans les rayons lingerie, les soutiens-gorges semblent tous viser un double objectif : soutenir les seins, mais aussi … Leur donner une forme ronde, exclusivement. Des sociologues, historiens et psychologues expliquent la raison. 

 

Dans une étude citée par le magazine Slate, la professeur Camille Froidevaux-Metterie émet un constat : « Moulés, coqués, bombés… J’observe incrédule les rayonnages où sont suspendus des soutiens-gorge de toutes les couleurs qui n’ont pourtant qu’une seule forme: ronde, ferme et haute ». Alors que, dans la réalité, les seins des femmes ont des formes extrêmement variables : certaines ont des poires, d’autres des citrons, des sachets de thé ou même des volcans. Pourquoi ces formes sont-elles oubliées par la mode et les médias ?  

La faute à la reproduction (dans tous les sens du terme)

La raison se retrouverait en grande partie dans …. l’art ! En effet, en observant l’histoire de la représentation de la femme à travers les œuvres, on s’aperçoit que depuis la nuit des temps, les seins sont représentés ronds. Et la raison n’est pas qu’esthétique.  

D’abord, selon la spécialiste d’histoire du corps Nahema Hanafi, les courbes, les lignes sont des manières de représenter géométriquement le corps : « La rondeur du sein rappelle celle des fesses voire des yeux, on est donc aussi dans un jeu de correspondances et de proportions ». Et la forme ronde est en effet plus facile à représenter qu’une variété infinie de galbes. Et les artistes ayant tendance à reproduire des habitudes observées chez leurs prédécesseurs, cette représentation perdure jusqu’à aujourd’hui.

Lire aussi > Un compte à la gloire des seins, mais sans tétons, pour dénoncer la politique d’Instagram

Monet Pygmalion Amoureux de sa Statue ©  Creative Commons

Deuxièmement, l’art n’a jamais eu pour vocation de montrer quelque chose de réaliste, ni de représenter toute la diversité du féminin. Il tend plutôt à représenter un idéal désirable qui est plus généralement représenté par un « petit sein juvénile et rond ». Dans ce sens, une poitrine ronde et pleine n’est pas non plus sans rappeler la maternité alors qu’une poitrine flétrie renverra à des femmes plus âgées, ayant passé l’âge de procréer.  

Lire aussi > Romain Duris : des seins en dessins avec « Pulp »

Enfin, les œuvres d’art sont régulièrement une réponse aux commandes, répondant donc à des obligations sociales, comme l’explique Pascal Vallet : « Par exemple, si l’œuvre a une visée décorative, il ne faut pas qu’elle soit trop érotique, ce qui fait que l’on s’appuie sur des canons, des modèles graphiques et des stéréotypes (comme celui selon lequel le sein est rond) ».

Seins
©  Annie Spratt / Unsplash 

Conséquences « dramatiques »

Si la raison de l’idéalisation du sein rond est expliquable, ses conséquences n’en sont pas moins conséquentes : « Pire qu’un uniforme, les femmes doivent revêtir un carcan qui façonne leur chair selon des standards invariables et qui transforme leurs seins en objets adéquats », explique la chercheuse Froidevaux-Metterie. Ainsi, ils donnent une forme « uniforme » aux seins ( soit « demi pamplemousses » soit « demi melons ») , et empêchent même le téton « trop érotique » d’apparaître. Et aujourd’hui, énormément de femmes complexent parce qu’elles ne sont pas fournies de ce « galbe générique ».

CIM Internet