Paris Match Belgique

Vous ne retenez jamais les prénoms ? Ce n’est pas sans conséquences

Relations humaines

Si les oublis étaient en général pardonnés, ils ont également mené à une dissension des liens sociaux entre l'oubliant et l'oublié. | © Alexis Brown / Unsplash

Psycho et sexo

Un chercheur souffrant « d’amnésie des prénoms » s’est penché sur les conséquences des oublis sur les relations sociales. 

 

On a tous déjà vécu cette situation où, s’adressant à un interlocuteur dont on ne se rappelle que du visage, on procède à un échange de banalités, notre cerveau tournant à vive allure en essayant de se rappeler ce qui nous lie à ce dernier. Les plus distraits d’entre nous ont même appris certaines ruses pour éviter un malaise, comme demander le nom de famille afin d’être éclairé sur le prénom. Mais bien sûr, leur efficacité est loin d’être garantie. Un chercheur souffrant lui-aussi de ce syndrôme « d’amnésie des prénoms » s’est penché sur les conséquences de celui-ci sur les relations sociales. Et ses conclusions, rapportées sur Slate, pourraient inquiéter certains.

Lire aussi > Vous oubliez tout ? L’intuition artificielle arrive

Pardonné mais pas oublié 

Pour mener son expérience, David Ray a demandé à 56 étudiant(e)s de tenir un journal dans lequel il leur a demandé d’annoter toutes les fois où des personnes les avaient oublié. Cela allait au delà des prénoms : ils devaient également répertorier les fois ou leur nom, classe, et même les promesses qui leur avaient été faites avaient été oubliés. Le chercheur a par après étudié les rapports et leur impact sur les rapports sociaux. Et ses conclusions pourraient inquiéter certains. En effet, si les oublis étaient en général pardonnés, ils ont également mené à une dissension des liens sociaux entre l’oubliant et l’oublié. En effet, ce dernier a tendance à se sentir par après moins proche et moins concerné par son interlocuteur, peu importe son lien avec la personne distraite. Ceux qui craignaient en revanche surtout de froisser la personne peuvent quant à eux dormir sur leurs deux oreilles puisque l’impact sur le sentiment d’appartenance au monde de l’oublié est quant à lui « minime ». Ouf.

Rencontre
© Unsplash

Lire aussi  > Le black-out à l’alcool, cette amnésie dangereuse qui fait des ravages chez les jeunes

 

CIM Internet