Paris Match Belgique

« Comment réussir sans froisser les hommes » : Le livre satirique d’une ancienne employée de Google

Image d'illustration. | © Unsplash

Psycho et sexo

Avant de devenir comique et auteure, l’Américaine Sarah Cooper a passé 5 ans chez le géant de la Silicon Valley.

Comme ailleurs, le monde de la tech n’est pas toujours rose pour les femmes qui y travaillent. Sarah Cooper en sait quelque chose. Avec un humour piquant, elle a décidé de compiler ses (mauvaises) expériences professionnelles en tant que manager au sein de Google pour proposer un véritable guide de survie : How To Be Successful Without Hurting Men’s Feelings. Elle s’est confiée à Business Insider.

Deux poids, deux mesures

« Les femmes ambitieuses font peur. Dans ce monde où le business va à cent à l’heure, les dirigeantes doivent faire en sorte de ne pas paraître arriviste, agressive ou compétente », explique l’auteure basée à New York. Une situation illustrée dans des chapitres acides comme « Comment se faire harceler sans qu’il n’entache sa carrière ». Une situation qu’elle a elle-même vécue.

Lire aussi > Chez Riot Games, le sexisme était devenu une véritable culture d’entreprise

« (Le livre) a été inspiré par toutes les choses que j’ai dû faire chez Google pour avoir l’air plus sympathique et plus accessible, comme être moins directe dans mes feedbacks et utiliser plein de smileys dans mes e-mails, ainsi que le deux poids, deux mesures auquel j’ai assisté entre mes collègues de sexe masculin et féminin », explique-t-elle.

Si un collègue masculin vous pique une idée durant une réunion, remerciez-le

Avant ce livre, Sarah Cooper avait déjà fait parler d’elle via son blog, The Cooper Review, où l’une de ses publications était devenue virale. L’article, vu plus d’un million de fois, distillait neuf conseils pour les femmes en entreprise, déjà sur le ton de l’humour. « Si un collègue masculin vous pique une idée durant une réunion, remerciez-le. Félicitez-le de l’avoir présentée avec autant de clarté. Et, soyons franches, personne ne l’aurait entendue s’il ne l’avait pas répétée ». Un rire qui, même jaune, peut être libérateur.

CIM Internet