Paris Match Belgique

Sapphosutra, le compte Insta qui illustre le (vrai) kamasutra entre femmes

kamasutra sexe femmes

Image d'illustration. | © Unsplash / Fausto Garcia

Psycho et sexo

À travers une série de dessins, le compte explore les différentes positions sexuelles « réelles et pratiquées » entre femmes.

« Personne ne sait à quoi ressemble le sexe entre femmes. » C’est le constat posé par les deux créatrices du compte Instagram Sapphosutra. Certes, il y a le porno lesbien (davantage prisé par la gent masculine que féminine) et quelques films qui ont osé montrer des scènes sulfureuses entre femmes. Mais en vrai, ça se passe comment ?

Pour répondre à cette question – sur une plateforme qui censure le moindre téton – deux étudiantes ont eu l’idée de dessiner le (vrai) kamasutra entre femmes. Se décrivant comme « un couple de femmes cisgenres, bisexuelle et lesbienne », elles s’inspirent de leur intimité pour illustrer « des positions sexuelles qui fonctionnent ». Interviewée par Neon Magazine, l’une des créatrices explique : « Les positions sexuelles des kamasutras entre femmes que l’on trouve sur internet ne sont pas souvent les plus pratiquées par les personnes concernées dans la réalité ». 

Fantasme VS réalité

Exagérées, parfois impraticables, les positions « célèbres » vues dans le porno lesbien classique cèdent désormais la place à des positions bien plus réalistes. Dans une démarche artistico-érotique, les créatrices de Sapphosutra explorent et décrivent (en légende) d’autres façons de faire l’amour entre « femmes en tous genres ». L’objectif, recenser les positions sexuelles « réelles et pratiquées » mais aussi « lutter pour obtenir plus de visibilité ».

Lire aussi > La masturbation en couple, un art délicieusement nécessaire

« Aux yeux de beaucoup, nous n’existons pas », écrivent-elles dans l’une de leurs stories. « Dans les esprits, le sexe entre femmes n’est pas du ‘vrai’ sexe ». Sur base de témoignages, Sapphosutra entend ainsi « lutter contre le sexisme, la bisphobie, la lesbophobie et la transphobie ordinaire », à travers des dialogues, ajoutés aux dessins et reflétant certaines discriminations du quotidien.

 

View this post on Instagram

 

💦 Position n°8 💦 . « Allongée  sur le dos, l’une des fxmmes chevauche la langue de sa partenaire, à  califourchon au dessus d’elle : la vue est splendide , comme lorsque l’on est saisi de vertiges  en levant  la tête pour admirer un immense bâtiment  d’en bas. D’une main, sa partenaire empoigne son sein pour jouer avec son téton, de l’autre elle peux caresser son clitoris ou se perdre sur son s*xe ou son anus. » . Une position proposée par @dvious_maid . Un poème de @phillopator . #sapphosutra #kama #sutra #art #drawing #ink #illustration #eroticart #wlw #lgbt #lgbtqia #queer #queerart #queerartist #feminisme #feminist #lesbienne #couple #bisexuelle #activisme #lutte #discrimination #gouine #supportqueerartists #sappho #sapphic #queermonsters #bisexualité #homosexualité

A post shared by Sapphosutra (@sapphosutra) on

 

View this post on Instagram

 

🌶️ POSITION N°6🌶️⠀ L’une des deux fxmmes est allongée sur le dos: elle replie ses jambes sur elle-même, les maintenant aussi avec ses mains, de sorte à ce que ses genoux se rapprochent de son visage et son fessier se décolle du sol. Sa partenaire a alors toute la place pour utiliser sa langue, mais aussi sa main pour découvrir de nouveaux plaisirs – (conseil: la partenaire peut aider la première fxmme en la soutenant d’une main). ⠀ .⠀ #sapphosutra #kama #sutra #art #drawing #ink #illustration #eroticart #wlw #lgbt #lgbtqia #queer #queerart #queerartist #feminisme #feminist #lesbienne #couple #bisexuelle #activisme #lutte #discrimination #gouine #supportqueerartists #sappho #sapphic #queermonsters #bisexualité #homosexualité⠀

A post shared by Sapphosutra (@sapphosutra) on

Démarche inclusive

Dans leurs textes, les deux jeunes femmes utilisent la graphie « fxmmes » afin de souligner leur état d’esprit inclusif. « La diversité des corps est très importante pour nous », poursuivent-elles dans les colonnes de Neon. Si elles n’hésitent pas dessiner les poils, les vergetures ou encore les bourrelets, elles précisent ne pas vouloir exclure les femmes bisexuelles, transgenres ou les personnes non-binaires. « Toute personne qui se sent femme, qui se sent parfois femme, qui se sent tout le temps femme a sa place ici », concluent-elles sur leur compte. « Nous avons besoin de vos témoignages, de votre avis pour vous représenter. Contactez-nous avec une photo (pitié pas des nudes) ou des mots tout simplement, d’une position sexuelle que vous pratiquez et/ou d’un témoignage que vous voudriez apporter ». Avis aux intéressé.e.s.

CIM Internet