Paris Match Belgique

Pourquoi la fessée érotique nous fait tant de bien

fessée érotique

Image d'illustration. | © Unsplash / Vidar Nordli Mathisen

Psycho et sexo

Nous serions de plus en plus nombreux et nombreuses à y prendre goût.

« J’avais trouvé dans la douleur, dans la honte même, un mélange de sensualité qui m’avait laissé plus de désir que de crainte de l’éprouver derechef par la même main » Comme en témoigne ce passage marquant des Confessions de Rousseau, la puissance érotique de la fessée ne date pas d’hier. Au lit, elle est même passée de tabou à fantasme incontournable ces dernières années.

Lire aussi > La masturbation en couple, un art délicieusement nécessaire

Les chiffres parlent d’eux-même : selon un récent sondage repéré par Terrafemina, trois quarts des femmes et deux tiers des hommes aimeraient recevoir (ou donner) une claque bien sentie sur la croupe de leur(s) partenaire(s). En 2012, une étude signée Ifop et Femme Actuelle avançait qu’un quart des Françaises en était fan. En 1985, à une époque où la parole était sans doute moins libérée, seul 8% d’entre elles l’admettaient volontiers. Alors qu’est-ce qui fait qu’on en soit devenu raide dingue aujourd’hui ?

Lire aussi > Le lien épatant entre érections et régime vegan

« La limite est parfois fine entre le plaisir et la douleur, et la fessée érotique peut facilement se trouver du bon côté de cette limite », analyse la Becky Spelman, une psychologue, dans Metro UK. « Celle-ci peut piquer légèrement, mais ne provoque pas de douleur grave ou de préjudice. Une sensation en mesure de provoquer une montée d’adrénaline qui peut intensifier les émotions et les sensations », ajoute-t-elle.

Rouge, mais pas trop. Unsplash

Transgressive et sulfureuse, la fessée nous libérerait donc aussi bien le corps que l’esprit. Production d’endorphines, sensibilité boostée au niveau d’une zone déjà (très) érogène, stimulation à la fois visuelle et auditive… en un claquement de main, le couple plongerait dans un véritable « cercle vertueux » du plaisir estime quant à elle la sexothérapeute Nathalie Giraud Desforges dans le Journal des Femmes. « Un jeu autorisé » teinté de BDSM soft qui fait donc de plus en plus d’adeptes. Merci 50 Shades of Grey ?

Mots-clés:
sexe erotique fesses fessée
CIM Internet