Paris Match Belgique

Le bruit au travail, une nuisance qui rend fou (et face à laquelle nous ne sommes pas tous égaux)

bruit bureau

Image d'illustration. | © Unsplash / Annie Spratt.

Psycho et sexo

Devenu monnaie courante, l’open space n’a pas que des avantages et influe grandement sur la qualité de vie au travail. Le bruit, inconvénient majeur, est loin de ne faire que des heureux. Mais pourquoi vous dérange-t-il autant (et pas votre collègue) ?

« Le bruit est la première nuisance dans l’open space », bien avant la qualité de l’air, la température ou l’éclairage, nous rappelait l’AFP en septembre dernier. Le boucan, comme on l’appelle plus communément, est devenu un réel problème dans les espaces de travail tant ceux-ci se sont ouverts ces dernières années. Si deux collègues se posent juste devant vous pour discuter et que vous devez absolument vous concentrer sur un dossier, la seule solution sera de vous mettre de la musique dans les oreilles pour y échapper, pas le choix.

Lire aussi > Le stress au travail, ce mal qui nous ronge de plus en plus

Mais alors que résonnent des rires au loin, qu’un téléphone déposé sur un bureau n’arrête plus de sonner et que votre voisin tapote son clavier d’une manière nevrotique, vous vous apercevez que vous êtes le seul à lever les yeux au ciel, désabusé. Il semblerait qu’en effet nous ne sommes pas tous égaux face aux nuisances sonores, comme nous l’apprend Slate.

L’extraversion, un atout dans l’open space

Vous pourriez, dans un premier temps, souffrir de misophonie, un trouble psychique qui recouvre un large spectre de nuisances sonores et provoque de l’anxiété, de l’agacement ou de la rage. Mais sans nécessairement souffrir de misophonie, des différences existent, face au bruit entre les personnes introverties et extraverties. Des chercheurs britanniques ont soumis un panel de 118 lycéennes à une batterie de tests, après avoir déterminé leur degré d’introversion. Certaines ont dû réaliser les tâches demandées en écoutant de la musique, d’autres avec les bruits d’une classe en arrière-fond et les dernières dans le silence.

Les résultats ont confirmé les intuitions des scientifiques : le silence était bénéfique aux étudiantes. Mais parmi celles qui planchaient dans un cadre bruyant, les plus extraverties ont été plus performantes. Deux idées sont avancées pour expliquer pourquoi les bruits peuvent être aussi distrayants. La première, c’est que les bruits extérieurs font concurrence à ceux qui sont déjà dans votre tête. Les « mécanismes de répétition intérieurs » sont alors parasités par l’extérieur, et vous perdez le fil de vos pensées. La deuxième hypothèse, c’est que notre cerveau entre en situation de conflit lorsqu’il doit traiter des informations à la fois pour accomplir une tâche et pour analyser des bruits de fond.

Lire aussi > Les femmes au Japon n’ont pas le droit de porter des lunettes au travail

Conclusion : si vous voulez être productif et pas trop distrait, privilégiez des coins silencieux dans votre espace de travail, surtout si vous êtes introverti. Les extravertis auront quant à eux un avantage non-négligeable sur la mêlée.

CIM Internet