Paris Match Belgique

Rencontre avec Jüne Pla, auteure du compte Instagram décomplexé « Jouissance Club »

Jouissance Club sur Instagram

J’ai toujours eu l’impression de passer à côté de ma sexualité, je m’ennuyais. Le scénario entre hétéros est toujours le même : préliminaires, coït, éjaculation. | © Instagram @jouissance.club

Psycho et sexo

Jüne Pla est derrière le compte Instagram Jouissance Club et publie, le 15 janvier, un livre éponyme dans lequel elle réalise « une cartographie du plaisir », avec les illustrations, conseils et idées qui cartonnent auprès de ses abonnés.

 

Paris Match. Depuis sa création, le compte Instagram Jouissance Club a rassemblé plus de 320 000 abonnés, vous y attendiez-vous à la création ?
Jüne Pla. Pas du tout ! Je faisais ça à la base pour m’amuser et faire le mode d’emploi de mon corps, je trouvais ça intéressant de le partager. À aucun moment je n’imaginais une telle carence en matière sexuelle. J’ai halluciné tout en me disant : je ne suis pas toute seule !

Lire aussi > Expériences psychédéliques et exploration du vagin : La délirante série Netflix de Gwyneth Paltrow promet de repousser les limites du bien-être

Comment est née l’idée de créer ces dessins ?
J’ai toujours eu l’impression de passer à côté de ma sexualité, je m’ennuyais. Le scénario entre hétéros est toujours le même : préliminaires, coït, éjaculation. Dans un sens, ça me convenait mais je m’ennuyais et je ne comprenais pas pourquoi. Puis j’ai rencontré un homme qui m’a sortie de cette routine, mais c’était encore pire après lui car je revenais à la routine d’une sexualité « normale » après avoir connu le nec plus ultra ! Je n’arrivais pas à expliquer avec des mots à mes amants, ils n’étaient pas curieux, ne se renseignaient pas, et moi non plus.

Puis l’idée est venue de nulle part de le rappeler. Il a mimé toutes les techniques qu’il avait utilisées sur moi, je suis repartie avec une quinzaine d’illustrations. Puis j’ai commencé à m’intéresser, à chercher, à fouiller sur internet et on trouve plein d’informations. J’ai plus d’une centaine de techniques maintenant et j’ai encore plein d’idées !

« Il y a un problème dans notre façon d’aborder la sexualité »

Constatez-vous une évolution parmi les abonnés ?
Il y a une vraie évolution dans l’interaction. Au début, j’étais un peu maladroite, je n’avais pas toutes les cartes en main et je ne me rendais pas compte que, dans mes propos, je pouvais exclure ou heurter certains. J’ai adapté mon discours en étant la plus inclusive possible. De plus en plus de messages de mecs hétéros cis me remercient, alors qu’ils étaient un peu plus réticents au début. Ils avaient l’impression de lire le discours d’une nana qui ne voulait pas entendre parler de mecs ou de pénétration, alors que c’est faux ! Au contraire, j’essaie de réconcilier tout le monde. Je reçois de plus en plus d’amour, ce qui est cool.

Quelles réactions vous ont le plus marquée au début de Jouissance Club ?
J’ai été vraiment surprise, choquée et attristée du nombre de messages de personnes dotées d’une vulve qui me disaient qu’elles n’avaient jamais expérimenté l’orgasme à deux ni seule. Ça montre à quel point il y a un problème dans notre façon d’aborder la sexualité, que ce soit à l’école – jamais ! – ou dans la famille. Pour elles, c’était associé à de la peur, du dégoût, de la honte, de la gêne… C’est fou, ça touche beaucoup de monde. J’espère que les autres comptes féministes et moi allons faire changer les mentalités parce que c’est beaucoup de souffrance pour ces personnes.

« On camoufle quelque chose qui est naturel, que tout le monde fait depuis la nuit des temps »

Le compte est non genré et inclusif, comme le livre. Vous y abordez des sujets parfois méconnus, à l’image du « dickclit »…
On n’apprend pas ça à l’école ! Je l’ai appris en faisant une erreur sur mon compte. J’avais commencé à écrire en m’adressant à des gens hétéros, comme moi, cisgenre, comme moi, parce que je ne connaissais que ça –il vaut mieux écrire sur ce que l’on connaît parfois. Mais j’ai reçu des messages de personnes trans qui se sentaient exclues quand je parlais de « madame » ou de « monsieur » dans les légendes de dessins « techniques ».

Lire aussi > La masturbation en couple, un art délicieusement nécessaire

Un homme trans m’a écrit pour me dire qu’il ne se sentait pas du tout inclus dans cette publication car, même s’il avait une vulve, il ne se considérait pas comme une femme. Je l’ai rencontré, avec son copain, et on en a discuté : ce sont eux qui m’ont appris l’écriture inclusive et l’existence du dickclit. Je me suis ensuite renseignée, je suis allée sur internet, voir des images : j’étais hallucinée de le découvrir et surtout que personne n’en connaisse l’existence ! On n’est pas informés sur ces thématiques et il faut le faire pour avoir plus de tolérance dans la société.

Les seuls angles sous lesquels la sexualité est souvent abordée au cours de la scolarité sont les MST et la reproduction…
C’est ça : ce n’est pas très engageant. On camoufle quelque chose qui est naturel, que tout le monde fait depuis la nuit des temps. J’ai réalisé il y a peu que c’est la seule chose gratuite, agréable et bonne pour la santé qu’on peut s’octroyer ! Il faut arrêter de cacher la sexualité, c’est normal et ce n’est pas sale.

 

View this post on Instagram

 

☝🏾Cette façon de faire l’amour est tellement riche, et il y’a tellement de possibilités qu’à chaque fois, cela peut être différent. Limer ou se faire limer c’est super bien, mais ça a ses limites, et les mains offrent une créativité sans borne pour donner du plaisir à l’autre. Que c’est excitant de regarder son amant/e prendre du plaisir pendant qu’on est en train de lui en donner…jusqu’à l’orgasme ! 👌🏼 —————— . Let’s make love with our hands. (the real « handjob ») Making love this way offers so many different possibilities and experiences each time. And that’s what makes it so cool. Screwing or getting screwed is great, don’t get me wrong here. But hey, let’s not limit ourselves to what we know. Our hands offer unlimited creativity to give and receive pleasure. How exciting is it to watch your partner enjoy themselves while you enjoy giving them pleasure… Until climax? Let’s go, all hands on deck.

A post shared by Jouissance Club (@jouissance.club) on

Le livre a été écrit avec le même ton libre et très drôle que sur le compte, est-ce que ça a posé un souci pour la maison d’édition ?
Pas du tout. Ils ont une totale confiance. J’avais à l’époque plus de 250 000 abonnés, ils ne se sont pas posé la question de l’écriture inclusive, de l’humour gras et des gros mots. Ils ont vu que ça plaisait et m’ont laissé carte blanche.

Quelle est la prochaine étape pour Jouissance Club ?
J’espère un plus gros livre, avec encore plus d’infos ! La sexualité ne s’explore pas en 200 pages, surtout avec les carences actuelles. De plus en plus de livres sortent, mais il en faut encore plus. Il faut que le monde sache ! Donc pourquoi pas un second livre, de jolis films instructionnels pour montrer avec des images comment s’y prendre. Ça ne serait pas du porno, seulement pour se documenter.

« C’est une réflexion générale sur la société »

Comment gérer avec ses proches alors que l’on écrit un livre sur un tel sujet, surtout à partir de ses propres expériences ?
Je ne leur en ai pas parlé tout de suite. Un jour, ma mère m’a vue à la télé en train de parler du clitoris, m’a appelée : « Jüne, je viens de te voir à la télé, qu’est-ce que c’est ? » Je sais qu’ils sont très fiers et moi et qu’ils me soutiennent beaucoup mais il reste une gêne, on n’en parle pas.

Lire aussi > Rêves érotiques : 5 symboles cachés qui témoignent de notre sexualité

D’autant que ce n’est pas seulement un sujet que l’on pourrait penser « superficiel » ou uniquement lié au plaisir, il y a une réflexion de fond…
C’est une réflexion générale sur la société, qu’est-ce que c’est d’être un homme ou une femme aujourd’hui, pourquoi l’un devrait être dominant et l’autre soumis, etc. Ce n’est pas qu’une histoire de sexualité, c’est politique.

 

View this post on Instagram

 

Le livre arrive!!! Sortie le 15 janvier⭐️ Et Il y aura une tonne d’exclu: ⭐️Une préface de @mrtnpage (auteur de « au delà de la pénétration) ⭐️ une leçon d’anatomie réalisée avec l’aide précieuse d’Odile Fillod⭐️des conseils pour vivre sa sexualité sans culpabilité, pour se masturber, explorer, comprendre les mécanismes de nos sexes, etc⭐️ deux cartographies de nos multiples zones de plaisir pour visualiser l’étendue des possibilités en terme de créativité ⭐️ et enfin les techniques illustrées que je partage ici (+ de 100 tips!!) ⭐️ Pour le précommander, go sur ma story à la une: LIVRE 📚 . J’ai vraiment hâte de savoir ce que vous en avez pensé. J’ai passé un an a bosser sur ce livre, nuits et week-ends, c’était intense mais j’ose espérer que ça aidera pas mal de gens. En tout cas, moi, j’aurais aimé avoir un tel ouvrage entre les mains dès l’adolescence. Ça m’aurait probablement évité de faire des bêtises…Ma sexualité commence réellement aujourd’hui, et c’est grâce à vous et votre soutien. Donc merci à tous les gens qui me suivent et qui font évoluer ma vision de sexe et du féminisme. ❤️

A post shared by Jouissance Club (@jouissance.club) on

« Jouissance Club, une cartographie du plaisir », aux éditions Marabout. 16,90 euros

Interview de Kahina Sekkai

CIM Internet