Paris Match Belgique

Ces 3 phobies improbables qui se déclenchent en hiver chez certaines personnes

hiver phobies

Image d'illustration. | © Unsplash / Sharosh Rajasekher.

Psycho et sexo

Les connaissiez-vous ?

 

On dit que certaines peurs sont irrationnelles. Parmi les plus courantes, on citera par exemple la phobie des insectes (et surtout des araignées) ou encore la peur de se retrouver coincé dans un ascenseur. Des peurs beaucoup plus originales et méconnues apparaissent aussi avec l’arrivée de l’hiver et des basses températures. En voici trois exemples.

1. La cryophobie

Il s’agit d’une peur extrême du froid, qu’il s’agisse d’objets ou de conditions climatiques. Cette peur peut être globale ou spécifique et les symptômes sont très variables d’une personne à une autre. Les personnes phobiques confrontées au froid ressentiront une anxiété intense qui se traduit généralement par un essoufflement, une accélération du rythme cardiaque, des maux de tête, des évanouissements et une profonde envie de fuir. Cet état de panique irrationnelle peut être spontané ou lié à un événement traumatique dû au froid (hypothermie, chute dans un lac glacé, engelures graves,…). Certaines personnes vont jusqu’à refuser le contact avec le froid, quitte à déménager dans un pays chaud, et sont terrorisées à l’idée d’attraper un rhume.

Dans le même ordre d’idée, la glacophobie est la peur panique de la glace ou du gel. Cette peur peut apparaître chez des personnes qui ont vécu toute leur vie dans des pays chauds et qui découvrent le passage du chaud au froid.

2. La chionophobie

La neige fait souvent l’objet d’un débat houleux entre ceux qui adorent voir tomber les flocons et ceux qui détestent les contraintes provoquées par la neige (surtout en ville). La chionophobie, quant à elle, désigne la peur maladive de la neige. Une peur qui peut entraîner les personnes qui en souffrent à ne plus sortir de chez elle de peur de conduire sur de la neige ou de tomber sur une plaque de verglas. Lorsque l’hiver se pare de son manteau blanc, le paysage se transforme et les sons sont étouffés, ce qui provoque parfois une perte de repères chez les phobiques de la neige. Il existe également un terme pour désigner la phobie des boules de neige : la chionosphérophobie.

2. La mysophobie

En période hivernale, une autre grande peur courante est la mysophobie. En hiver, on tombe plus souvent malade (sans parler du contexte actuel de pandémie) et cela rend certaines personnes complètement paranoïaques. Cette peur excessive des germes est appelée mysophobie. Il s’agit d’un trouble obsessionnel compulsif (TOC) caractérisé par une forte répulsion vis-à-vis de la saleté, des bactéries et des maladies qui en découlent. Les personnes qui souffrent de cette phobie adoptent différents comportements : un lavage excessif des mains et des objets plusieurs fois par jour, des douches plusieurs fois par jour, un dégoût vis-à-vis des objets, une hypersensibilité, un besoin de tout contrôler,… En cause ? L’hérédité, une détérioration cérébrale ou des facteurs psychologiques, un caractère perfectionniste ayant dégénéré…

Mots-clés:
hiver peur phobie saison
CIM Internet