Paris Match Belgique

Le nouveau combat féministe de Lous and the Yakuza

Lous and the Yakuza

Lous and the Yakuza prendra la parole aux côtés de marques pour inciter les femmes à s’aimer d’avantage | © Fred Dugit

Psycho et sexo

Inciter les femmes à s’aimer davantage. Voici la nouvelle mission de la chanteuse belgo-congolaise, Lous And The Yakuza.

Dans un rapport publié par The Body Shop, une étude unique en son genre, annonce qu’une personne sur deux éprouve plus de doute sur soi-même que d’amour. La conclusion de ce rapport ? Il existe véritablement, une crise de l’amour-propre. Selon l’étude, 6 personnes sur 10 dans le monde souhaitent avoir plus de respect pour elles-mêmes. « Pour s’aimer les uns les autres, il faut déjà s’aimer soi-même » exprime l’ambassadrice du mouvement et chanteuse de 24 ans, Lous and the Yakuza. 

Pour répondre à cette crise, The Body Shop lance un mouvement international : SelfLoveUprising ou AmourdeSoi. L’idée est, en collaborant avec des célébrités, de prôner et militer pour l’amour de soi. En Belgique et en France, c’est Lous and the Yakuza qui prendra la parole aux côtés de marques pour inciter les femmes à s’aimer d’avantage. Le 27 mars 2021 sera dévoilé sur Youtube, un showcase inédit de la chanteuse dans le cadre du mouvement.

Lire aussi > Lous and the Yakuza : Paroles et mosaïques [VIDÉO]

De novembre à décembre 2020, la marque de beauté britannique a sondé plus de 22 000 personnes de 21 pays différents sur la manière dont elles évaluaient leur estime de soi, leur bonheur et leur bien-être et a crée le « Body Shop Global Self Love Index ».

Conçue par Ipsos, leader dans le domaine des études de marché, la Corée du Sud, l’Arabie Saoudite et la France ont les scores les plus faibles en ce qui concerne l’amour de soi, alors que le Danemark, l’Australie et les Etats-Unis obtiennent les plus hauts scores. Malgré les difficultés posées par la pandémie de Covid-19, près de six personnes sur dix déclarent que la façon dont elles se perçoivent n’a pas changé.

Par contre, selon l’étude, les femmes seraient plus affectées par le manque de confiance en soi que les hommes. 64 % des femmes ont vécu des sentiments négatifs au cours des deux dernières semaines contre 58 % chez les hommes ou encore 57 % des femmes se sentent déprimées et 60 % d’entre elles incapable de cesser de s’inquiéter. Le genre peut donc être un facteur, mais pas que.

Lire aussi > Pourquoi on devrait limiter les réseaux sociaux à 30 minutes par jour

Il est dit qu’avec l’âge vient la sagesse et il semble qu’avec la sagesse vient aussi l’amour de soi : les personnes âgées dans le monde entier ont plus d’amour pour elles-mêmes que les jeunes, avec des scores moyens plus élevés sur l’Indice mondial d’amour de soi de The Body Shop. Finalement ce sont les médias qui joueraient un rôle sur ce facteur : « Dans l’ensemble, les gens disent que les influenceurs des médias sociaux, les célébrités et les modèles dans les publicités sont ceux qui contribuent le plus à la faible estime de soi ». Une grand combat donc que tentera de relever Lous.

CIM Internet