Paris Match Belgique

"Super Monster Wolf" ou quand un loup-garou protège les récoltes japonaises

Cette bête électronique fonctionne selon le principe de détection de mouvements. | © Pexels

Technologie

Au Japon, des robots loups-garous ont été développés pour protéger les récoltes face aux sangliers. Après le succès du monstre lors de sa phase d'essai, celui-ci sera produit en masse dès le mois prochain.

Quand les sangliers, cerfs ou autres animaux nuisent aux cultures, les japonais s'inspirent du folklore européen pour protéger leurs récoltes. Les dents saillantes, le poil hirsute et les yeux rouges menaçants, le "Super Monster Wolf" est un robot loup-garou de 65 cm de long et de 50 cm de haut. Depuis juillet, cet épouvantail monstrueux est utilisé à titre expérimental par les fermiers de la ville de Kisarazu dans la préfecture de Chiba (est du Japon) pour tenir à l'écart les destructeurs de plantations.

Lire aussi > Au Japon, on peut désormais engager un « robot-moine » pour des funérailles

Cette bête électronique fonctionne selon le principe de détection de mouvements. Lorsqu'un animal s'approche, ses yeux s'illuminent et il se met à hurler. Et pour éloigner le plus téméraire des mammifères, la société qui a créé le monstre s'est assurée d'enregistrer différents types de cris, afin d'empêcher la faune de s'y habituer. Autre avantage pour le "Super Monster Wolf" : il ne tombe jamais à court de batterie puisque ses piles se rechargent grâce à l'énergie solaire.

Une efficacité prouvée

Selon The Independent, Chikao Umezawa, membre de la Coopérative agricole du Japon, affirme que les destructions de récoltes et les attaques de sangliers ont largement diminué depuis l'installation de cet appareil, dont les effets se ressentent à près d'un kilomètre de rayon.

Lire aussi > Andrea Bocelli se fait voler la vedette… par un robot chef d’orchestre

L'efficacité du robot loup-garou a convaincu ses créateurs de le produire en masse dès le mois prochain. Il sera dès lors disponible auprès d'autres agriculteurs au prix de 514 000 yens, soit près de 3 900 euros.

CIM Internet