Quand Apple veut réduire notre anxiété face au smartphone

Quand Apple veut réduire notre anxiété face au smartphone

La Worldwide Developer Conference (WWDC) s'est tenue au San Jose Convention Center en Californie, lundi 4 juin 2018.

Technologie

La marque à la pomme a dévoilé une nouvelle fonctionnalité, dénommée Screen Time, qui permettra de contrôler le temps passé devant son smartphone et même de limiter l’accès à certaines applications.

Lors de sa grande conférence annuelle des développeurs à San Francisco, l’entreprise fondée par Steve Jobs a affiché une nouvelle ambition : lutter contre notre addiction aux réseaux sociaux et aux écrans. À l’instar de Google, qui a également lancé le même type de fonctionnalité le mois dernier, la firme de Cupertino veut nous aider à limiter l’utilisation de nos applications favorites.

Tendance déconnexion

L’application Screen Time, prévue sur la douzième version d’IOS, permettra de calculer avec précision le temps qu’on passe les yeux rivés sur Facebook ou Instagram. Des rapports hebdomadaires alimentés de statistiques et la possibilité de savoir combien de fois on allume son téléphone toutes les heures seront également disponibles.

Lire aussi > Comment ce (mini-)changement peut vous rendre moins accro à votre smartphone

La grande nouveauté réside dans la possibilité de tout simplement interdire l’accès à certaines applications. Envie de maximum 30 minutes par jour de votre réseau social préféré ? Au bout du temps fixé, l’appli se bloque jusqu’au lendemain et vous voilà sevré jusqu’à nouvel ordre. Le système de contrôle parental permettra également aux parents de contrôler Screen Time et ainsi restreindre le temps d’utilisation des plus petits.

Screen Time permettra de contrôler précisement le temps que nous passons sur nos applications favorites. © Christoph Dernbach / DPA

Cette nouvelle étape dans la stratégie d’Apple s’inscrit dans une tendance propice au lâcher prise, aussi connue sous l’acronyme « JOMO » (pour « Joy Of Missing Out », ou « la joie de déconnecter »). Bon nombre d’études ont fleuri ces derniers mois et pointent une corrélation toujours plus marquée entre l’addiction aux smartphones et une augmentation des dépressions, de l’anxiété ou encore des insomnies, notamment chez les plus jeunes.

Lire aussi > Smartphone, tablette… Ados surconnectés : l’overdose

D’après la dernière enquête du Pew Research Center menée aux États-Unis, 45 % des 13-17 ans reconnaissent être connectés presque toute la journée. « Les comportements et les états émotionnels des adolescents ont brutalement changé à partir de 2012 », souligne la psychologue Jean Twenge. « Plus un adolescent passe du temps devant un écran et plus il est probable qu’il devienne malheureux ».

Photo d’illustration. Pixabay / KristoferK

Volonté d’agir ou stratégie marketing ?

Il est encore un peu tôt pour parler d’une réelle ambition éthique venant du géant Californien. Ces nouvelles fonctionnalités, optionnelles, paraissent s’inscrire dans un plan de communication bien ficelé. « Ne rien faire aurait eu un impact négatif en matière d’image », explique Carolina Milanesi, analyste chez Creative Strategies. Pour véritablement lutter contre l’addiction aux smartphones, « il faudra des changements profonds dans la conception des logiciels », prévient Joe Edelman, du Center for Humane Technology à San Francisco.

Et comme l’explique très bien le site spécialisé Wired, Apple tient un double discours qui provoque quelques questions. D’un côté, Tim Cook (le CEO d’Apple) nous invite à utiliser moins notre smartphone. Et dans le même temps, toute une nouvelle gamme de gadgets supplémentaires sont lancés, comme des nouveaux animojis, un appareil photo toujours plus social avec de nouvelles discussions vidéos groupées pouvant réunir jusqu’à 17 personnes, et l’ARKit 2, nouvelle application native de réalité augmentée. Les géants d’Internet ont causé une maladie, mais il est peut-être trop tard pour la soigner.

CIM Internet