Paris Match Belgique

L’intelligence artificielle de Google ne tuera point

google

Les employés de Google ne veulent pas voir leur entreprise aider le Pentagone à développer des drones militaires. | © AFP PHOTO / Chandan KHANNA

Technologie

Google s’est engagé jeudi à ce que ses travaux en matière d’intelligence artificielle ne servent pas à fabriquer des armes ou quoi que ce soit d’autre qui puisse causer des blessures, après un tollé interne sur une collaboration du groupe avec le Pentagone.

« Nous avons conscience qu’une technologie aussi puissante soulève aussi d’importantes questions à propos de son usage », a écrit sur le blog du groupe son patron Sundar Pichai, en énumérant une série de principes éthiques sur l’usage de l’intelligence artificielle. Sous la pression de milliers d’employés, Google s’est engagé jeudi à ce que ses travaux en matière d’intelligence artificielle ne servent pas à fabriquer des armes. Le géant du web a aussi promis, entre autres, de ne pas aider à des missions de surveillance grâce à ses outils d’intelligence artificielle.

Lire aussi > Google sait exactement où vous étiez en 2009

M. Pichai a en revanche pris soin de préciser que le groupe ne renonçait pas à travailler avec l’armée « dans beaucoup d’autres domaines », comme la cybersécurité, le recrutement ou encore pour les missions de sauvetage.

Des employés furieux

Google fait face depuis plusieurs semaines à une fronde de milliers d’employés, furieux de le voir travailler avec le Pentagone pour aider les drones à mieux distinguer les objets des humains grâce à l’intelligence artificielle. Plus de 4 000 d’entre eux ont signé une pétition demandant à Sundar Pichai de rester en dehors du « commerce de la guerre » et de renoncer au contrat, évalué par la presse à environ 9 millions de dollars, indique Paris Match. Ils lui demandaient aussi « une politique claire disant que Google ou ses sous-traitants ne construiront jamais de technologie de guerre », contraire selon eux aux valeurs fondatrices de l’entreprise née il y vingt ans.

Lire aussi > Drones : les nouveaux soldats humanitaires

Selon des médias américains, le groupe a décidé vendredi dernier de ne pas renouveler ce contrat avec le ministère de la Défense lors de son arrivée à échéance en 2019.

Usage éthique

La direction du groupe avait aussi promis la publication d’une série de principes éthiques sur l’usage des technologies. M. Pichai promet que les travaux seront uniquement conçus pour des usages « positifs pour la société » et tiendront compte des principes de respect de la vie privée.

Google marche sur des oeufs car il est, comme d’autres géants technologiques Microsoft ou Amazon, sur les rangs pour remporter un énorme contrat avec le Pentagone, qui souhaite recourir au « cloud » informatique.

Avec Belga

CIM Internet