Paris Match Belgique

Influenceurs et marques, une relation bientôt plus transparente ?

Les influenceurs, un phénomène dont les marques ne peuvent plus se passer. | © Unsplash

Technologie

Lorsqu’un influenceur effectue une communication commerciale, celle-ci doit être clairement identifiable comme telle, estime le Conseil de la publicité, l’organisation professionnelle des métiers de la communication.

 Celui-ci publie lundi ses recommandations en matière de marketing d’influence afin de protéger le consommateur et d’offrir une sécurité juridique tant aux annonceurs qu’aux influenceurs.

Comment ça pourrait marcher

Hommes politiques, leaders d’entreprises, personnalités connues, qu’ils soient blogueurs, instagrameurs, twittos, youtubeurs… S’ils reçoivent une contrepartie pour une communication qu’ils relayent en ligne auprès de leur public engagé et que l’annonceur la contrôle, les recommandations du Conseil de la publicité s’appliquent. La contrepartie peut être versée en nature et le contrôle de l’annonceur doit être significatif. Si une marque offre un produit sans demander une communication spécifique par exemple, les règles ne s’appliquent pas. Si en revanche, l’entreprise et l’influenceur s’accordent sur le message à diffuser, celui-ci est de nature commerciale.

Unsplash

Lire aussi > Quand l’industrie du tabac utilise des influenceurs pour faire de la pub déguisée

Logomania 

Si les deux conditions sont remplies, alors l’influenceur et l’annonceur doivent clairement identifier la communication comme étant commerciale. Comment? En mentionnant qu’il s’agit d’une publicité, en apposant le logo ou la marque ou encore par le contexte, qui rend clair que le message est commercial. La communication doit également être loyale: le consommateur ne peut être induit en erreur. L’influenceur est responsable mais les entreprises à l’origine du message, les agences, les plateformes, les réseaux et toute partie qui intervient dans le marketing sur les réseaux peuvent également être tenus responsables des infractions commises. Si une infraction est constatée, une plainte peut être déposée au Jury d’éthique publicitaire, qui peut demander l’arrêt ou la modification de la campagne. Les décisions sont respectées sur base volontaire.

(Avec Belga)

CIM Internet