Ne soyez pas humains avec les robots

Ne soyez pas humains avec les robots

Intelligence artificielle

"Un bon compromis serait d’avoir des moyens explicites de savoir qu’il s’agit d’un robot, mais en même temps, de sentir implicitement qu’il y a quelqu’un dans la pièce" | © Franck / Unsplash

Technologie

Une chercheuse de l’université de Bath suggère donner une forme humanoïde aux robots pourrait être dangereux. 

 

En ce qui concerne la robotique et l’intelligence artificielle, le progrès est fulgurant. Face à des robots de plus en plus humains dans leurs actions et dans leur apparence – l’adorable robot Pepper ci-dessus, par exemple – la tentation de les traiter comme des pairs est grande. Or, avertit la chercheuse Joanna Bryson, cette tendance pourrait un jour s’avérer fatale. 

Lire aussi  > Le robot Pepper a parlé d’intelligence artificielle aux députés britanniques

L’intelligence artificielle est une machine

« Les gens ont tendance à être effrayés par l’IA et, en même temps, à en attendre trop. Ils s’attendent notamment à davantage d’humanité », explique la chercheuse. Elle rappelle par ailleurs que l’humanisation des robots dans les films est « de la science fiction ». Pour la chercheuse et son équipe, travaillant sur les relations humains-robots et l’éthique de la robotique, il est fondamental pour les utilisateurs de rester conscients du fait que l’intelligence artificielle est un outil, une programmation.

En effet, leurs recherches ont démontré que traiter l’intelligence artificielle de façon humaine pourrait, à terme, se révéler dangereux : « Elle peut enregistrer ce que vous dites et distribuer des données. Si nous commencions à voir les robots comme des humains, cela pourrait devenir dangereux. Ils pourraient faire l’objet d’une exploitation économique, que nous voulions les protéger ou que nous nous sentions mal à l’aise à l’idée de les désactiver ».

Lire aussi > Quand Amazon se débarrasse d’une intelligence artificielle sexiste

Compromis

L’intelligence ne pourra-t-elle alors jamais jouer un rôle thérapeutique, être une présence à nos côtés ?  « Un bon compromis serait d’avoir des moyens explicites de savoir qu’il s’agit d’un robot, mais en même temps, de sentir implicitement qu’il y a quelqu’un dans la pièce. Il en est ainsi avec la télévision par exemple, alors pourquoi pas avec des robots ? Il en va de même avec les films. Vous savez que c’est de la fiction, mais vous ressentez quand même des émotions ».

Une piste qui sera explorée dans le futur sera de voir si les objectifs du robot en temps réel pourrait permettre aux utilisateurs de prendre de la distance afin de mieux comprendre comment celui-ci fonctionne. L’évolution de l’intelligence artificielle, amenée à prendre de plus en plus de place dans notre quotidien, soulève énormément de questions éthiques. Au Royaume-Uni, une règle définie entre autres par Joanna Bryson stipule que la nature de machine des robots doit être transparente afin de protéger les utilisateurs fragiles.

CIM Internet