Paris Match Belgique

Google sait (aussi) quel restaurant vous a rendu malade

Google

Le géant du web a mis sur pied une équipe qui avait la mission de développer un algorithme capable de deviner quel restaurant rendait ses clients malades. | © Pricillia du Preez / Unsplash

Technologie

52% des établissements contrôlés avec FINDER ne répondaient en effet pas aux normes sanitaires. 

En ce qui concerne l’intelligence artificielle, on n’arrête pas le progrès. D’après une étude publiée dans le NPJ Digital Medicineune technologie développée par Google est désormais capable de repérer quel restaurant vous a rendu malade. Appelé FINDER (pour Foodborn IllNess DEtector in Real time ou en français, détecteur de maladies en temps réel), il est plus efficace que les organes de contrôles sanitaires classiques.

Lire aussi > Google vous suit à la trace, que vous le vouliez ou non

Données personnelles

Le géant du web a mis sur pied une équipe qui avait la mission de développer un algorithme capable de deviner quel restaurant rendait ses clients malades. Et le fonctionnement pose (encore) question. Comme toujours avec les intelligences artificielles, le système de « machine learning » est entièrement dépendant de vos données personnelles. Pour FINDER, deux sources sont utilisées : les moteurs de recherche, et la géolocalisation.

Lire aussi > Quand Amazon se débarrasse d’une intelligence artificielle sexiste

Le processus est alors simple : l’intelligence repère les mots tels que « diarrhée », « nausée », « intoxication » inscrits dans le moteur de recherche. Ensuite, elle regarde l’historique de localisation des comptes qui ont opéré ces recherches. Si des établissements reviennent régulièrement, une équipe sanitaire est envoyée sur place. 52% des établissements contrôlés avec FINDER ne répondaient en effet pas aux normes sanitaires, alors qu’à peine 39% des restaurants contrôlés selon la méthode « classique » – ou à partir des plaintes de la clientèle – ne correspondent effectivement pas aux normes. Cela, car les malades accusent presque toujours le dernier endroit où elles ont qui n’est responsable de l’intoxication « que » dans 61% des cas, révèle le média Slate.

CIM Internet